Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 19:30
Elections départementales 2015 : ces territoires qui pourraient passer au FN

VENTS FAVORABLES - Le Front national présentera des candidats dans plus de 9 circonscriptions sur 10 lors des élections départementales des 22 et 29 mars prochains. Poussé par des sondages qui lui donnent plus du tiers des intentions de vote au premier tour, le parti de Marine Le Pen se voit remporter une moisson de cantons dans trois semaines. Il pourrait peser lourdement sur certains départements. Metronews fait le point sur ces territoires qui pourraient basculer.

La quantité ne fait pas la victoire. Mais avec des candidats présents dans près de 95% des circonscriptions, le Front national mise gros lors de ces élections et pourrait remporter des succès sans précédent. Le parti de Marine Le Pen, qui rêve de victoires sur tout le territoire, se concentre toutefois sur certains départements où la conquête de nombreux cantons pourrait le mettre en situation de gouverner.Metronews fait le point à trois semaines du scrutin.

Le Pas-de-Calais
C'est le département de conquête frontiste pour ces élections. Déjà couronné de succès aux municipales de 2014, le FN en a fait logiquement le point de départ de sa campagne. Avec Steeve Briois, le nouveau maire de Hénin-Beaumont, aux commandes, et de nombreux déplacements des cadres du parti, le Pas-de-Calais, où la gauche est affaiblie et la droite effacée, pourrait servir de tremplin à la dynamique "Bleu Marine". Aux élections européennes, le FN y a frôlé les 40%.

À LIRE AUSSI
>> Xavier Bertrand (UMP) brigue la région Nord-Pas de Calais

L'Oise
Là encore, le FN a frôlé les 40% dans ce département à forte population rurale lors des élections européennes. Son chef de file, Michel Guiniot, se voit bien rafler 11 cantons sur les 21 que compte ce territoire, et prendre le pouvoir. Parmi les figures de ces élections locales : Sébastien Chenu, l'ancien secrétaire national de l'UMP (fondateur du courant Gaylib) et ex-adjoint à la mairie de Beauvais, rallié fin 2014 à la cause de Marine Le Pen.

La Somme
C'est, avec l'Oise et l'Aisne, l'un des trois départements de Picardie où Marine Le Pen devait se rendre ce jeudi pour compter ses troupes. Et pour cause : la Somme fait partie de ces territoires où les candidats frontistes ont frôlé la barre symbolique des 40% aux élections européennes de mai 2014, le double de l'UMP, et quatre fois le score du PS, pourtant à la tête du département. De quoi donner des sueurs froides, voire davantage, à l'exécutif local.

L'Aisne
Dans ce département dirigé par la gauche, le Front national a dépassé la barre des 40% aux Européennes. Avec l'Oise, il constitue l'un des objectifs prioritaires de Marine Le Pen, qui a placé un binôme dans chacun des 21 cantons pour se donner toutes les chances. Le FN y compte déjà une mairie, celle de Villers-Cotterêts, remportée en mars 2014.

Le Vaucluse
Le fief de la députée Marion Maréchal-Le Pen est un bon candidat pour un basculement à l'extrême droite fin mars. La bataille pourrait notamment se jouer dans les cantons situés autour d'Avignon. L'un des freins à la conquête frontiste pourrait être toutefois la concurrence de la Ligue du Sud de Jacques Bompard, présente dans six cantons au premier tour. Un rapprochement entre les deux courants n'est cependant pas exclu.

Le Gard
Autre terre historique du FN, le Gard, fief du député Gilbert Collard, devrait en revanche être plus difficile à prendre avec ses 23 cantons. Il est actuellement dirigé par le PS Jean Denat. Cela n'empêche pas le FN local, conduit par Yoann Gillet, élu nîmois, de claironner qu'il est le "premier parti du département".

Le Var
Fief du FN, où Jean-Marie Le Pen compte se représenter aux régionales (Provence-Alpes-Côte d'Azur) fin 2015, le Var ne fait paradoxalement pas partie des territoires les plus favorables pour le scrutin de mars. Malgré la conquête de trois villes (Fréjus, Cogolin, Le Luc) en mars 2014 et l'élection surprise d'un sénateur, David Rachline, la droite reste bien implantée dans le département. Le FN espère conquérir une petite moitié de cantons.

EN SAVOIR +
>> Elections départementales : ces fiefs socialistes qui pourraient chuter fin mars

vu sur : http://www.metronews.fr/info/elections-departementales-2015-ces-territoires-qui-pourraient-passer-au-fn/moce!niYvjI1wEVoec/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Elections