Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 02:29
Les pigeons de Hollande : ce RSI qui étouffe les indépendants

Dysfonctionnement. Né en 2006 de la fusion de plusieurs réseaux de protection sociale des artisans, des commerçants et des professions libérales, le régime social des indépendants (RSI) devait répondre à un objectif de simplification. Neuf ans après, le constat d’échec est cuisant.

>> Edit lundi 9 mars

Les travailleurs indépendants manifestent ce lundi, à l'appel d'une vingtaine d'organisations, dont les fameux Bonnets Rouges. Entre 20 000 et 50 000 personnes sont attendues à Paris : commerçants, artisans... Ils sont nombreux à dénoncer les failles du RSI, le Régime social des indépendants.

Ce rassemblement partira à 13 heures près du Sénat, pour rejoindre l'Assemblée nationale.

« Avec le RSI on nage en pleine folie. » Sur les 6,1 millions d’affiliés au RSI, nombreux sont ceux qui n’en peuvent plus. Loin des plateaux de télévision et des grands cortèges contestataires, ils sont discrets et font peu de bruit. Mais aujourd’hui, la coupe est pleine pour ces chefs d’entreprise, artisans, commerçants et professionnels libéraux. Tout commence par un dysfonctionnement informatique, en 2007, qui écrase de nombreux dossiers. Mais au cours des années, les erreurs s’accumulent, se multiplient : aberrations administratives, coûts de fonctionnement des services…

Pascal Geay, fondateur de Sauvons nos entreprises, l’association à l’origine de la manifestation qui aura lieu à Paris le 9 mars, l’a éprouvé à ses dépens. En 2006, il crée une entreprise de plaquiste, dans le BTP. Conformément à la législation en vigueur, il est, pour la première année, exonéré de charges sociales (hors CSG et CRDS). Pourtant, deux jours après, il reçoit un courrier lui demandant de s’acquitter d’un montant de 8 000 euros. « Je suis tombé de haut, se souvient-il. Ce qui m’a le plus marqué, c’est l’absence totale de dialogue. »Une incompréhension qui a duré six ans, jusqu’en 2012, où son entreprise se retrouve en liquidation judiciaire. Aujourd’hui, le sentiment de colère est tout aussi vif. « Chaque jour, nous recevons des centaines d’e-mails de personnes désemparées : on a passé la barre du racket, les gens cotisent à fonds perdu », s’emporte-t-il...lire la suite...

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société