Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 02:08
Après l’Union Européenne et l’Euro, le traité Transatlantique détruira l’économie française

Vous avez aimé l’Union Européenne et l’Euro, vous adorerez le Traité Transatlantique. Ce projet se dissimule derrière des acronymes mystérieux (TAFTA, pour Transatlantic Free Trade Aera, devenu depuis TTIP, pour Transatlantic Trade and investment partnership), certainement pour renforcer le secret de cette négociation entre les Etats-Unis, et l’Europe.

C’est en changeant sa trace, que l’on déroute le pisteur…les appellations se succédant, nous finissons par ne plus vraiment savoir quel est le véritable périmètre de ces pourparlers dans les salons obscurs bruxellois de nos chers oligarques.

Commencées il y a presque dix ans, les négociations autour de ce projet visent à créer une immense zone de libre-échange entre l’Europe, les Etats-Unis, et le Canada. Un marché unique de plus de 800 millions d’habitants, mais un marché de dupes essentiellement.

Passons sur les conditions d’une « démocratique transparence » qui entourent d’une chape de plomb les étapes de ce match perdu d’avance pour la France, et intéressons-nous plutôt aux conséquences d’une telle réalisation au nez et à la barbe des peuples concernés.

Tout d’abord, les « experts » promoteurs de cette immense cour de récréation, nous promettent une augmentation du PIB annuel des pays membres de 0,05%, ce qui n’en doutons pas, nous amènera à festoyer autour des bougeoirs du grand soir. Vous gagnez 2000 € net par mois, grâce à votre création de richesse Taftaïsée, vous en gagnerez 1 de plus, que demande le peuple !!!

Je plaisante, bien sûr, car l’assiette de cette augmentation supposée de richesse ne concernera bien évidemment pas les salaires, ni les bénéfices industriels et commerciaux des commerçants et gérants de PME, mais uniquement la marge commerciale des multinationales apatrides, qui après être passée dans la moulinette des défiscalisations, sociétés écrans et comptes off-shore, ne produira pas plus de recettes fiscales au bénéfice des pays souverains hébergeant leur sièges sociaux, que la PME de Mont-de Marsan ou de Saint Paul dans le Minnesota.

Nos belles élites devraient pourtant avoir conscience que le plus fort gagne toujours contre le faible. Ce n’est pas une fable revisitée de La Fontaine, mais plutôt le principe des vases communicants, un axiome de l’économie qui agglomère la richesse sur le plus puissant, comme l’aimant attire tous les trombones à lui, et comme l’Allemagne a fini par devenir le référent incontestable de l’euro, une monnaie qui se voulait pourtant commune.

La richesse et la puissance attirent la puissance et la richesse, nous ferions bien d’y penser pendant les phases de négociation.

Les étapes de discussion s’appellent des « rounds » en anglais, renvoyant immédiatement au déroulé d’un match de boxe, mais j’ai malheureusement l’impression d’assister à une compétition entre Mike Tyson et François Hollande, le tout couronné par un arbitrage américain.

Je crains fort que nous n’arrivions pas à passer le premier round avec toutes nos dents…

Les « rounds » de l’OMC, dans la cadre des négociations du GATT, encore des acronymes pour plus de libre échange et de concurrence non faussée, s’étaient heurtés en 1993, à la détermination de la France pour faire reconnaitre son exception culturelle, au grand dam de l’Union Européenne de l’époque.

Nul doute, vu l’état de notre pays, et l’indigence de ses dirigeants, que cette fois-ci, nous n’aurons rien à négocier sur ce sujet. Adieu veaux, vaches, cochons, en tous cas de qualité, les fermes des milles vaches, des dix milles porcs et des cent milles poulets finiront par déferler sur notre pays, mais surtout, les races bovines ou laitières sauvées de la disparition par des amoureux du terroir passionnés par les fruits de la terre, seront sacrifiées sur l’autel des bénéfices à court terme, pourtant synonymes de merde à long terme.

Le cinéma français croulera lui aussi, sous la frénésie puissante des scribouillards sans talent américains, il viendra un temps où le doublage en français ne sera même plus de mise, et notre mode de vie sera entièrement calqué sur celui de nos amis mais néanmoins concurrents d’outre-Atlantique. Les zones commerciales de nos régions (c’est déjà un peu le cas), finiront par ressembler à celle des USA, avec exactement les mêmes enseignes, et il ne faudra pas vous étonner de faire vos courses du samedi et du dimanche (allons-y) dans un Walmart, puisque l’enseigne Auchan a déjà été pressentie par la première entreprise de distribution dans le monde, pour être son cheval de Troie en France.

Le plus grave pour conclure ; le projet d’accord prévoit une clause d’arbitrage dans tous les conflits qui opposeront les multinationales aux états. L’arbitrage est souvent un outil juridique efficace pour régler des différends commerciaux internationaux, mais nous avons un exemple flagrant en France, des règles d’arbitrage qui ont probablement été dévoyées dans l’affaire Bernard Tapie.

Le TTIP prévoit le recours systématique à l’arbitrage dans les affaires opposant les multinationales aux états. C’est la fin des instances publiques juridiques françaises, et même Européennes.

C’est le futur avènement des copains et des coquins à l’échelle internationale, investis du pouvoir de faire condamner les états, et de forcer leurs contribuables à régler ces litiges en engraissant des sociétés apatrides.

C’est l’avènement des multinationales et la mort des nations européennes. Lutter contre cette abomination, c’est savoir mettre un peu de côté ses idées de droite ou de gauche que l’on croit nationales, puisque le but affirmé de cet accord est précisément d’annihiler subtilement la notion même de nation et de souveraineté.

Depuis 2013, les mandats de négociation ont été confiés par ce qui reste de nations européennes, à Von Rumpoy, puis Junker et leur clique de technocrates. Je pense que nous pouvons accorder toute notre confiance à cet ancien banquier, ami des lobbys, qui n’a de cesse de démontrer son respect pour les peuples européens.

Les normes seront nivelées par le bas, la puissance renforcera la puissance, la misère entrainera plus de misère encore et le peu d’états nations encore présents, cédera la place à une immense galerie commerciale. La monnaie unique de ce nouvel ensemble arrivera rapidement, et l’immigration renforcée sous couvert d’humanisme sera la variable ultime d’ajustement à la baisse de nos salaires.

C’est toujours comme cela qu’ils procèdent, par étape, mais les coups de poignard finissent toujours dans le dos.

18 AVRIL 2015, journée internationale contre les Traités des multinationales, finalement beaucoup plus importante que celle du hérisson doré d’Alaska ou de la grenouille sauteuse du Serengeti.


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/04/09/apres-lunion-europeenne-et-leuro-le-traite-transatlantique-detruira-leconomie-francaise/#JZktDmc4wgQJ0rwC.99

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie