Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 01:11
Impôts locaux : la hausse pourrait être drastique

Certains propriétaires paieraient... 100 000 euros de taxe foncière ! Les propriétaires d’une parcelle constructible située dans une zone dite en tension, c’est-à-dire où les gens peinent à se loger faute d'offre de logement suffisante, vont voir leur taxe foncière multipliée par 10, 20 voire 30, selon Le Figaro.

618 communes sont concernées. Le gouvernement a baissé le nombre de zones concernées, pour éviter un scandale, mais cela représente tout de même un grand nombre de contribuables ! Une nouvelle taxe sur les terrains à bâtir constructibles dans ces fameuses zones tendues est entrée en vigueur le 1er janvier. Pour l'instant, pas de remous. Et pour cause : les intéressés ne recevront la facture que cet automne.

Le montant de leur nouvelle taxe foncière sera majoré de 25% et une taxe forfaitaire sera ajoutée d’un montant de 5 euros le m2 en 2015 et 2016 et de 10 euros le m2 en 2017.

Le Figaro donne cet exemple : le propriétaire d’une parcelle constructible de 1000 m2 paiera 5 000 euros de taxe foncière, contre 450 à 500 euros aujourd’hui. Et le double à partir de 2017 !

L'économie française étouffée par les impôts

Parallèlement, le gouvernement veut réformer le mode de calcul des taxes d’habitation et foncières. Mais l'expérimentation lancée dans cinq départements (Charente-Maritime, Nord, Orne, Paris et Val-de-Marne) s'avère peu concluante. Les élus s'inquiètent déjà de la réaction de leurs administrés, quand ils vont découvrir leur nouvelle feuille d'impôts. La réforme va t-elle être enterrée par conséquent ?

Tout cela intervient dans un contexte de mea culpa au sujet des hausses d’impôts. Après la défaite de la gauche aux élections départementales, le Premier ministre a reconnu que l’exécutif aurait dû procéder différemment. "La hausse cumulée des impôts depuis des années, et la droite y a pris une part très importante, a créé un effet de ras-le-bol qui a étouffé l'économie française pour les entreprises, et qui a mis très en colère les Français", a reconnu Manuel Valls.

vu sur :

Certains propriétaires paieraient... 100 000 euros de taxe foncière ! Les propriétaires d’une parcelle constructible située dans une zone dite en tension, c’est-à-dire où les gens peinent à se loger faute d'offre de logement suffisante, vont voir leur taxe foncière multipliée par 10, 20 voire 30, selon Le Figaro.

618 communes sont concernées. Le gouvernement a baissé le nombre de zones concernées, pour éviter un scandale, mais cela représente tout de même un grand nombre de contribuables ! Une nouvelle taxe sur les terrains à bâtir constructibles dans ces fameuses zones tendues est entrée en vigueur le 1er janvier. Pour l'instant, pas de remous. Et pour cause : les intéressés ne recevront la facture que cet automne.

Le montant de leur nouvelle taxe foncière sera majoré de 25% et une taxe forfaitaire sera ajoutée d’un montant de 5 euros le m2 en 2015 et 2016 et de 10 euros le m2 en 2017.

Le Figaro donne cet exemple : le propriétaire d’une parcelle constructible de 1000 m2 paiera 5 000 euros de taxe foncière, contre 450 à 500 euros aujourd’hui. Et le double à partir de 2017 !

L'économie française étouffée par les impôts

Parallèlement, le gouvernement veut réformer le mode de calcul des taxes d’habitation et foncières. Mais l'expérimentation lancée dans cinq départements (Charente-Maritime, Nord, Orne, Paris et Val-de-Marne) s'avère peu concluante. Les élus s'inquiètent déjà de la réaction de leurs administrés, quand ils vont découvrir leur nouvelle feuille d'impôts. La réforme va t-elle être enterrée par conséquent ?

Tout cela intervient dans un contexte de mea culpa au sujet des hausses d’impôts. Après la défaite de la gauche aux élections départementales, le Premier ministre a reconnu que l’exécutif aurait dû procéder différemment. "La hausse cumulée des impôts depuis des années, et la droite y a pris une part très importante, a créé un effet de ras-le-bol qui a étouffé l'économie française pour les entreprises, et qui a mis très en colère les Français", a reconnu Manuel Valls.http://www.economiematin.fr/news-impots-locaux-la-hausse-pourrait-etre-drastique

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie