Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 02:40
Et Hollande renonce à réformer l’essentiel: le code du travail !

La grandiloquence, comme chacun sait, ne fait hélas pas une politique.

Voici trois jours à peine, François Hollande jurait qu’il était déterminé « à faire des réformes jusqu’au bout pour qu’il y ait plus d’emploi ». S’il songeait, à cet instant, à la loi Rebsamen, annoncée comme le grand soir social du quinquennat, l’affaire est mal partie.

Conçu en priorité pour ne pas irriter les syndicats et préserver leur pré carré, ce texte ne modifie pas d’un iota les mille lourdeurs qui entravent la vie économique du pays. Que disent à longueur de journée les experts les plus réputés, les institutions les plus sérieuses et toutes les entreprises de France et de Navarre ? Une chose simple : le droit du travail français est devenu un monstre réglementaire, d’une complexité telle qu’il dissuade les meilleures volontés d’embaucher.

Cette législation tentaculaire envahit chaque minute l’esprit des chefs d’entreprise, notamment dans les PME, lorsqu’ils devraient entièrement consacrer leur énergie à se battre pour conquérir des marchés. La rigidité sociale française est unanimement désignée, avec la surfiscalité, comme le principal handicap de notre économie et la cause majeure de notre compétitivité perdue.

Que propose le gouvernement pour lutter contre ce fléau ?

La suppression des seuils sociaux ?

Des 35 heures ?

Un nouveau contrat de travail ?

La fin du régime des intermittents ?

Rien de tout cela. En guise de révolution, il faudra s’accommoder d’un mini-réaménagement du fonctionnement des instances sociales, qui ne changera rien – ou presque – au fond du problème. Assorti, pour faire bonne mesure et assurer « le progrès social », d’un épouvantail et d’une usine à gaz supplémentaires : une nouvelle instance syndicale dans les régions, qui affole déjà les petites entreprises, et un compte personnel d’activité, qui effraie déjà les recruteurs…

Pour François Hollande, une chose est sûre : même le plus enragé des frondeurs aura du mal à justifier son opposition à un texte si creux. Mais pour la France, une autre ne l’est pas moins : c’est une nouvelle occasion manquée.

Par G. De Capèle – JSSNews

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage