Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 01:30
 Persécutés, exilés, tués, parce que chrétiens

INTERNATIONAL

"Les communautés chrétiennes ne sont pas menacées directement. Elles sont menacées par la violence, par l’anarchie, par l’insécurité, la pauvreté. C’est tout cela qui les pousse à fuir. Les chrétiens veulent vivre dignement, en liberté, avec les autres. En général, les musulmans les apprécient et demandent à ce qu’ils restent" , nous disait en juin dernier Mgr Antoine Audo, l’évêque chaldéen d’Alep, en Syrie.

Depuis, le groupe terroriste Etat islamique a entrepris d’édifier un "califat" en Irak et en Syrie. La menace est devenue plus directe sur les chrétiens d’Orient, de ces deux pays en particulier mais pas seulement.

Les communautés chrétiennes du Moyen-Orient composent une mosaïque de cultes divers (copte, maronite, arménien, chaldéen, syriaque, grec melkite…) qui se sont implantés partout dans la région dès les premiers temps du christianisme. Celles-ci se sont intégrées aux Etats, trouvant des arrangements avec les pouvoirs locaux et les communautés dominantes, musulmanes, pour sinon vivre en harmonie avec elles, participer au mieux au tissu social de ces Etats.

Depuis plusieurs années, la région est déstabilisée par des conflits qui remettent en cause les conditions de leur subsistance. Ces changements se traduisent par une poussée de l’intolérance et une inflation des violences à l’égard de ces communautés dans un environnement où la religion dominante, l’islam, est de plus en plus brandie comme repère moral absolu par des groupes plus ou moins structurés et nombreux (Frères musulmans, salafistes…), quand elle n’est pas instrumentalisée par des bandes armées.

Un Etat mono-confessionnel

Le rapport d’Aid To The Church In Need (Aide à l’Eglise en détresse) insiste sur l’émergence de ce qu’il appelle le " phénomène d’Etat monoconfessionnel " dans certaines parties du Moyen-Orient. "Là où jadis différents groupes chrétiens et musulmans ont réussi à vivre ensemble pendant des siècles, il y a aujourd’hui une tendance croissante pour le groupe dominant d’exiger, souvent en imposant la loi ou les mécanismes de la charia comme le blasphème, l’obéissance universelle à la pratique religieuse" , écrivent les auteurs du rapport.

Selon leur analyse, l’émergence du groupe État islamique est l’exemple le plus évident de cette tendance. Ses victimes ont rapporté qu’elles n’avaient eu le choix qu’entre la conversion (à l’islam), la fuite ou l’épée.

Les militants du groupe sunnite extrémiste ont ainsi vidé Mossoul - la deuxième ville irakienne, qu’ils ont conquise en juillet dernier - de toutes les minorités religieuses non sunnites. "Une ville qui abritait encore récemment 30 000 chrétiens soudainement n’en eut plus aucun et pour la première fois en 1 600 ans, il n’y a plus eu de liturgie dominicale" , affirme le rapport.

La moitié des chrétiens sont partis

Selon l’Œuvre d’Orient, quelque 150 000 Irakiens chrétiens ont été contraints de quitter leurs maisons depuis l’an dernier. Auparavant, les incertitudes en matière de sécurité, de respect des cultes mais aussi de conditions économiques conséquemment à la guerre d’invasion américano-britannique de 2003, avaient déjà projeté massivement les chrétiens d’Irak sur les routes de l’exil, vers la plaine de Ninive et Mossoul (l’un de leur berceau historique) ainsi que vers l’étranger.

En prenant Mossoul, puis Qaraqosh (entre Mossoul et Erbil) l’an dernier, les jihadistes de Daech posaient aussi un acte symbolique, visant sciemment la communauté chrétienne. Au total, on estime à plus de 400 000 le nombre d’Irakiens chrétiens à avoir quitté définitivement leur pays, soit la moitié de ce qu’ils étaient encore après la guerre de 2003. Ils étaient encore un million avant la première guerre du Golfe en 1991.

Eglises incendiées

Dans la Syrie voisine, en guerre depuis quatre ans, plusieurs centaines de milliers de chrétiens syriens ont également quitté le pays. Entre 2011 et 2014, ils seraient passés de 1,75 million à moins d’1,2 million de personnes, mentionne le rapport.

En Égypte, les persécutions à l’égard des chrétiens coptes, la plus importante du Moyen-Orient avec ses 8 à 10 millions de personnes, ont culminé durant l’année 2013.

L’expulsion du pouvoir du président islamiste Mohamed Morsi à l’été de cette année-là a déclenché un mouvement de représailles sans précédent de la part de ses partisans. Des centaines d’églises coptes ont été la proie d’attentats, d’incendies, de destructions diverses, sans oublier les violences à l’encontre des chrétiens eux-mêmes.

Afrique : des persécutions, mais peut-être aussi des provocations

La persécution des chrétiens est bien réelle en Afrique subsaharienne. Elle y a même entraîné une sécession - celle du Sud-Soudan, en 2011, après une oppression des chrétiens et animistes du sud du Soudan par le pouvoir central, souvent aux mains d’intégristes musulmans.

Il faut cependant nuancer : Khartoum est ressenti comme un pouvoir oppresseur par plusieurs populations soudanaises, dont des musulmans. La différence de religion ne fut pas le seul moteur de la guerre Nord-Sud, même si elle a été mise en avant par la campagne pro-sécession de groupes chrétiens conservateurs aux Etats-Unis.

...

Ce sont "les martyrs de notre temps"

Des dizaines de milliers de chrétiens sont en train de vivre "une sorte de génocide". "Ce sont les martyrs de notre temps, et ils sont nombreux. On peut dire qu’ils sont plus nombreux dans ce cas qu’en des siècles reculés." Lundi de Pâques, le pape François a frappé fort et s’est posé en protecteur de la communauté des chrétiens.

Car tous les signaux sont au rouge. Selon l’organisation chrétienne Aide à l’Eglise en détresse, la situation des croyants - chrétiens, juifs, musulmans - s’est aggravée dans 55 pays. D’après l’association française Portes ouvertes, qui publie un "Index mondial de persécution", les chrétiens sont pourchassés et tués dans trois pays en particulier : la Corée du Nord, la Somalie et l’Irak.

L’essor d’un extrémisme islamique est devenu le principal moteur de la persécution des chrétiens et d’autres minorités. "Sur les dix pays où les chrétiens subissent le plus de violences, huit connaissent une radicalisation islamique : Nigeria, Irak, Syrie, Centrafrique, Soudan, Pakistan, Egypte et Kenya", relève Portes ouvertes dans son Index 2015.

...

Mal défendus

Dispersés dans le monde, les chrétiens souffrent dans ces pays d’être mis en minorité, voire de ne pas être protégés par l’Etat. En Irak, ni les peshmergas kurdes ni encore moins l’armée irakienne n’ont défendu les chrétiens quand ceux-ci ont fui l’été 2014 la plaine de Ninive et leur ville de Qaraqosh, toujours aux mains de l’Etat islamique.

Pour Aide à l’Eglise en détresse, les médias sociaux jouent un rôle dans l’expansion tous azimuts de la haine et du fondamentalisme religieux.

Sur le même sujet :

vu sur : http://www.lalibre.be/actu/international/persecutes-exiles-tues-parce-que-chretiens-552d1f4f35704bb01bc18d2f

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions