Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 02:56

vu sur : http://ripostelaique.com/sami-aldeeb-le-coran-commence-mal.html

Série d’interviews du professeur Sami ALDEEB regroupées dans

https://www.youtube.com/playlist?list=PLwMcFCuewSBwaFSJ45mkWZy_JYuWZaLGZ

 

Dans la vidéo 10, le professeur Sami ALDEEB présente son livre « La Fatiha et la culture de la haine ». Il y démontre sans mal que cette introduction obligatoire à toute prière musulmane est une incitation répétitive à la haine des chrétiens et des juifs…validée par le coran, Mahomet et les exégètes musulmans de toutes les époques jusqu’à nos jours.

 

LE CORAN COMMENCE MAL :

Le premier chapitre : la Fatiha (L’inaugurale)

Le croyant musulman adhère à l’idée que le coran est réellement la parole d’un dieu qui se serait exprimé en arabe, au 7ème siècle, par l’intermédiaire d’un ange messager, Gabriel (Djibril) et de Mahomet, le seul humain à l’écoute.

Ce livre, sans le moindre doute écrit par des hommes ( preuves dans une prochaine vidéo) est tenu pour être parfait, « scientifique », sans erreur, intouchable, incritiquable, non questionnable, sous peine de mort (fatwa encore en exercice depuis Averroès).

 

 

Dans le même temps, le texte est si confus, il manque tant de mots, il comporte tant de rajouts et d’incohérences, qu’il devient nécessaire de l’interpréter, mais de façon si multiple et si contradictoire parfois, que le « sens » supposé ne reflète en fait que celui des commentateurs.

 

(Sauf pour les versets prescrivant le meurtre des « infidèles », la discrimination des femmes et des non musulmans, bien explicites et sans interprétation ambiguë possible)

 

En réalité, le coran est très mal écrit, (par un grand nombre d’auteurs différents), de styles différents, volontiers ampoulés, lourds et profondément ennuyeux. Il est porteur de valeurs propres à son siècle, imprégné d’appels à la haine, à la discrimination et au meurtre de ceux qui résisteraient à l’universalisme de ses ambitions fanatiques.

 

Le premier chapitre du coran inaugure toutes les prières quotidiennes obligatoires : il psalmodie au moins 17 fois par jour un rappel à la haine amalgamée des chrétiens et des juifs.

 

Les 6 et 7ème versets de la Fatiha invoquent le dieu islamique en ces termes :

«Dirige-nous vers le chemin droit. Le chemin de ceux que tu as gratifiés (les musulmans), contre lesquels (tu n’es) pas en colère (les juifs) et qui ne sont pas égarés (les chrétiens). »

Relevons au passage cette bizarrerie : ce ne peut être le dieu qui parle, puisque ces versets lui sont destinés et sollicitent son aide. Mais ce n’est pas la seule incohérence du texte, loin s’en faut.

Lorsque l’on souligne la gravité de cet appel répété à la haine de l’autre, il arrive que certains imams tentent une interprétation générale de ces termes : le chapitre concernerait les personnes peu fidèles, les pécheurs et non précisément les juifs et les chrétiens. Mais seuls, la secte pacifique des soufis, hérétiques aux yeux des musulmans, en propose cette interprétation douce.

 

Le professeur Sami ALDEEB a collecté dans son ouvrage « La Fatiha et la culture de la haine », les affirmations de 88 exégètes, « docteurs » et ‘savants » musulmans éminents, de l’an 767 à nos jours : tous répètent qu’il s’agit bien des juifs et des chrétiens. Aucun ne le conteste.

 

Cet homme, d’une érudition peu commune, de langue arabe, a travaillé des années durant sur la forme et le contenu du livre supposé sacré.

Il relève que les passages du coran et les dits rapportés de Mahomet,confirment bien l’anathème lancé contre les collectivités des 2 autres monothéismes.

 

Comment croire que pareille discrimination, pareil enseignement répétitif de la haine et du rejet d’autrui (via le dieu en personne) soit sans conséquences sur les mentalités, l’éducation des enfants et parfois les actes de groupes musulmans?

 

Comment ne pas penser que la réinjection des fondamentaux, des racines de l’islam depuis 3 ou 4 décades, soit étrangère aux extrêmes violences actuelles contre tout ce qui est hors de ce « chemin droit » d’un dieu sans amour et d’un prophète déifié.

 

Comment croire aux dénégations lamentables de ceux qui veulent faire croire que cela ne fait pas partie intégrante de l’islam ?

L’Etat Islamique est la traduction la plus fidèle de l’islam, celle qui se présente, à juste titre, comme la plus « pure », celle qui suit à la lettre les prescriptions écrites les plus insoutenables de leurs référents idolâtrés : le coran et Mahomet.

Et a-t-on assisté un jour à de grandes manifestations indignées contre les horreurs commises au nom de ce dieu et de son supposé prophète, dans le monde musulman et, bien plus grave, en Europe ?

Guy SAUVAGE

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions