Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 03:19
Sos-Racisme vs Alain Finkielkraut: le clash
Sos-Racisme vs Alain Finkielkraut: le clash

Le 9 avril, Alain Finkielkraut accordait une interview au journal le Point dans laquelle celui-ci abordait divers sujets comme l’école, laïcité, identité, mais aussi Sarkozy, Le Pen, Hollande…

Une question concernait SOS racisme et le philosophe y répondait de manière cinglante (voir ci-dessous) :

I) Le Point : Trente ans après sa création, diriez-vous que SOS Racisme a été utile ou contre-productif à la lutte contre le racisme ?

Alain Finkielkraut : Tout a été dit en 1990 par Jean Baudrillard : » SOS Racisme – SOS baleines. Ambiguïté : dans un cas, c’est pour dénoncer le racisme, dans l’autre, c’est pour sauver les baleines. Et si, dans le premier cas, c’était aussi un appel subliminal à sauver le racisme ? »

Pourquoi sauver le racisme ? Parce qu’on aime mieux jouer à se faire peur en ranimant le bon vieil ennemi que faire face à un présent sans précédent. »

Il faut se méfier des traîtrises du langage. La langue de bois dit en général le contraire de ce qu’elle pense. Elle dit ce qu’elle pense en secret, par une sorte d’humour involontaire. Et le sigle SOS en fait intégralement partie » , conclut Baudrillard.

II) La réponse de Patrick Klugman, avocat de Sos racisme, arrivait une semaine plus tard et s’avérait médiocre et caricaturale.

En effet, celui-ci énonce sans peur du ridicule que : «Cette lucidité revendiquée (de Sos racisme ndlr) n’a pas conduit le mouvement à abdiquer son universalisme ni à choisir entre Zemmour et Dieudonné…»

Rajoutant que Sos racisme «[…] dès les années 90 en pointant la culture de l’excuse des petits « Le Pen de banlieue »

Coincé dans une grille de lecture ‘anti-raciste’ des années 80 totalement dépassé par les évènements contemporains, Patrick Kulgman ne peut que comparer l’antisémitisme des banlieues au ‘Lepenisme’ ce qui est ridicule.

Patrick Krugman ne fait donc que confirmer dans sa réponse ce qu’affirme Alain Finkielkraut, à savoir que lui-même et Sos racisme sont incapables de désigner clairement les auteurs de l’antisémitisme meurtriers en France, c’est à dire l’antisémitisme arabo-musulman qui apparait pourtant comme une évidence criante pour tous.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société