Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 01:38
L’État islamique mêle ses combattants aux migrants qui traversent la Méditerranée tandis que l’Europe fait l’autruche face aux invasions barbares.

Interrogé par la BBC le 17 mai dernier, un conseiller du gouvernement libyen (celui qui est reconnu à l’étranger, actuellement basé à Tobrouk), Abdul Basit Haroun, a affirmé avoir discuté avec des passeurs.

Ceux-ci lui ont dit avoir transporté des combattants de l’État islamique sur leurs bateaux remplis de migrants. D’après Abdul Basit Haroun, si l’EI n’organise pas lui même le trafic de migrants, il autorise les passeurs à exercer leur activité contre une commission de 50 % sur chaque émigré clandestin à destination du continent européen.

Le trafic de migrants qui a pris des proportions démesurées grâce à la collaboration des autorités européennes est donc une source de revenus importante pour l’État islamique dans sa stratégie visant à imposer par un déchaînement de violence l’islam des origines, y compris en Europe.

Mais l’EI ne se contente pas de prélever des impôts sur le trafic de migrants. D’après le conseiller du gouvernement libyen, il embarque aussi ses commandos terroristes sur les embarcations des passeurs.

Des passeurs qui auraient expliqué à Abdul Basit Haroun que, outre les candidats à l’immigration clandestine en Europe inscrits sur leurs listes de passagers, ils ont à emmener des groupes de personnes non inscrites, sur ordre de l’EI. Ces groupes se distinguent des autres passagers par le fait qu’ils se tiennent à l’écart et qu’ils ne montrent aucune peur pendant la traversée contrairement aux autres personnes.

Néanmoins, comme le fait remarquer Abdul Basit Haroun, les équipages des navires européens envoyés pour aller récupérer ces migrants entassés sur des embarcations surchargées ne font pas la différence entre les colons plus ou moins pacifiques fuyant la pauvreté ou la guerre dans leur pays et les envahisseurs belliqueux de l’EI débarqués en Europe pour y attendre le moment favorable.

Sans parler du fait, même si Abdul Basit Haroun ne le dit pas, que les colons musulmans constitueront avec leurs enfants un futur vivier de recrutement pour l’EI puisque l’Arabie Saoudite et le Qatar se chargeront d’en endoctriner une partie à l’islam pur et dur dans les mosquées que nos élites corrompues par l’argent du pétrole les autorisent à financer et gérer sur notre territoire.

Si nos grands médias, comme France 24 et Le Point, et aussi la BBC qui a pourtant réalisé cette interview, cherchent à relativiser, et même à décrédibiliser, les propos tenus par ce conseiller du gouvernement libyen, on ne doit pas oublier que c’est l’État islamique en Libye lui-même qui a prévenu les Européens qu’il enverrait ses djihadistes en Europe sur les bateaux de migrants.

Peut-être serait-il temps de nous souvenir de la phrase prononcée en 1974 par le président algérien de l’époque, Houari Boumédiène, au Sommet islamique de Lahore ?
« Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »

D’après l’agence européenne Frontex, chargée de coordonner la surveillance des frontières de l’UE, ils sont déjà 60 000 à avoir tenté la traversée cette année. L’année dernière, environ 220 000 ont réussi.

Or, les affirmations de cet Abdul Basit Haroun sont d’autant plus crédibles que l’Espagne a elle aussi signalé à plusieurs reprises l’année dernière la présence de djihadistes parmi les personnes qui pénètrent illégalement sur son territoire à Ceuta et Melilla, ces deux enclaves espagnoles en Afrique du Nord, frontalières avec le Maroc.

L’agence Frontex a elle aussi prévenu cette année qu’il était possible que des combattants étrangers se joignent aux immigrants clandestins pour pénétrer en Europe. Il en va de même pour le gouvernement italien qui a exprimé sa crainte d’une présence de musulmans djihadistes sur les bateaux d’immigrants clandestins.
Et qui étaient d’ailleurs ces quinze musulmans qui ont jeté des chrétiens à la mer pendant la traversée ?

Nos médias mainstream prétendent que le gouvernement libyen voudrait nous faire peur pour nous pousser à intervenir et que l’EI a meilleur compte faire appel aux islamistes déjà présents en Europe, mais on peut très bien imaginer que des combattants soient envoyés pour mieux former les apprentis-terroristes qui vivent parmi nous et pour préparer des actions de plus grande ampleur.

La meilleure défense, ce serait de débarquer les migrants repêchés en Méditerranée dans leurs ports d’origine, et pas de les disséminer dans l’UE par un système de quotas. L’hypocrisie des Européens est sans bornes quand ils prétendent avoir besoin d’une autorisation de l’ONU.

Pour démolir l’État libyen et faire assassiner Kadhafi, les gouvernements français, britannique et américain n’ont pas demandé l’avis de l’ONU.

En effet, le mandat de l’ONU qui leur avait été accordé les autorisait uniquement à empêcher l’aviation libyenne de voler. Il est d’ailleurs bien dommage d’avoir agi de la sorte, car le colonel Kadhafi était devenu notre meilleur allié dans la lutte contre l’immigration clandestine.

Source : interview d’Abdul Basit Haroun dans l’émission Investigates de la radio BBC 5 Live (en anglais, à partir de 4 min 50 s)

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International