Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 02:14
Pour rejoindre Daesch, il suffit de passer par l’Algérie…

Les Algériens ont compris que les Européens convertis sont plus dangereux que les autres et qu’ils sont le fer de lance du djihad dans lequel l’islam radical s’est lancé depuis quelques décennies.

Il n’est pas nécessaire de se rendre en Turquie pour rejoindre l’Etat islamique et Daech, il suffit de passer par l’Algérie. C’est ce que nous apprend le journal algérien El Watan dans son édition de vendredi dernier.

« C’est encore un « Daech » ! » Avait soupiré l’agent de la sécurité à son arrivée à l’aéroport. « Début mai, un jeune homme a été interpellé à l’aéroport d’Alger. Il a 25 ans, les yeux bleus et une petite barbe sous le menton. »

Il avait perdu l’un de ses bagages mais n’avait pas fait de réclamation et c’est grâce au contenu du sac à dos que le jeune homme a été retrouvé et convoqué car ce sac contenait un plan de l’Algérie, trois clés USB, un IPAD sur lequel on trouva des vidéos de scènes de décapitation et de flagellation organisées par des membres de l’Etat islamique, des cours d’islam radical et un adhésif contenant des produits chimiques suspects. Il avait quitté la France, et plus précisément son département de la Loire, une semaine auparavant. Le nouveau passager avait rejoint d’autres « barbus » dans la salle d’attente.

La majorité de ces « barbus« , sont enrôlés dans des groupes terroristes sur place et rejoignent des camps d’entraînement avant de partir en opération. Ils sont des centaines d’Européens convertis à rejoindre chaque année l’Algérie pour s’enrôler dans des katibas des régions de Tizi-Ouzou, Boumerdès, Tébessa, du Grand Sud ou de Bouira (où récemment l’Armée Nationale Populaire a abattu 25 terroristes d’Al Qaïda).

Certains poursuivent leur route jusqu’en Libye et Syrie, en passant par la Tunisie. Pour la plupart ce sont des Français, des Belges et des Allemands, des Européens de « souche » ou d’origine maghrébine, et ils n’ont aucune difficulté à entrer sur le territoire algérien.

Ils quittent l’Occident pour rejoindre des « Terres de djihad ». Des terres où la guerre est justifiée parce qu’il faut appliquer la charia et instaurer une « dawla islamya ». C’est le discours qu’on leur inculque dans leurs pays d’origine, notamment en France.

Lire aussi : Palmyre se meurt, Palmyre est morte

Selon le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, les candidats sont principalement originaires de six régions : l’Ile de France, Rhône Alpes, PACA, Nord Pas-de-Calais, Languedoc Roussillon et Midi Pyrénées.

Depuis les événements du 11 septembre, les Printemps arabes, les guerres en Libye, Syrie, Mali, Yémen, les affaires Mérah, Coulibaly et Kouachi, on a noté une forte montée en puissance de cet islam intégriste. Ils sont recrutés principalement dans les prisons où ils sont repérés par des individus qui ont, eux aussi, l’habitude des prisons et connaissent les méthodes de recrutement. Parmi les candidats on découvre de très nombreux récidivistes.

Selon des spécialistes algériens, les candidats au djihad tombent entre les mains de multirécidivistes expérimentés qui leur font un lavage de cerveau. Ils ressortent déterminés pour accomplir des attentats et cela malgré l’arsenal juridique mis en place. Pour ces spécialistes, il est absolument nécessaire de construire des prisons et de trouver un système pour isoler les recruteurs des autres prisonniers afin qu’ils ne puissent approcher les futures recrues potentielles.

Selon l’islamologue Kamel Chekkat, les jeunes qui sont pris dans cet engrenage n’écoutent plus les discours modérés. Ils ont pour instruction de ne discuter avec personne qui pourrait les détourner de leur objectif.

Les Algériens ont compris que les Européens convertis sont plus dangereux que les autres et qu’ils sont le fer de lance du djihad dans lequel l’islam radical s’est lancé depuis quelques décennies.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International