Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 19:27

 

FAITS DIVERSYassin S., principal suspect de l'attentat en Isère, est passé aux aveux et a reconnu avoir tué et décapité son employeur. Une source proche de l'enquête révèle par ailleurs que le selfie qu'il a pris avec la tête de sa victime a été envoyé en Syrie.

 
Le selfie macabre envoyé en Syrie

Selon une source proche du dossier, le selfie macabre que le suspect a pris avec la tête de sa victime décapitée a été transmise à un destinataire en Syrie. La photo a été envoyée depuis le portable de Yassin Salhi vers un numéro canadien via l'application Whatsapp. Mais depuis qu'ils ont repéré ce cliché samedi, les enquêteurs étaient convaincus que le destinataire était en fait dans les zones de jihad irako-syrienne. Le numéro canadien n'était donc qu'un relais.

Le destinataire est un homme connu des services de police qui a rejoint les rangs de l'organisation Etat islamique. Originaire de Vesoul, cet homme, prénommé Sébastien-Younès, est parti en novembre 2014 en Syrie, rejoignant le secteur de Raqa, où il combattrait dans  les rangs de l'organisation État islamique (EI), selon des sources proches du  dossier.

Yassin Salhi sur le point d'être transféré à Paris

Yassin Salhi a quitté l'hôtel de police de Lyon, où il était en garde à vue, peu avant 15 heures en vue d'être transféré au siège de la police antiterroriste près de Paris. Il a été emmené à bord d'un fourgon escorté par neuf véhicules banalisés. Il doit être conduit à la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT) à Levallois-Perret  (Hauts-de-Seine), selon une source proche du dossier. Sa garde à vue, interrompue le temps du transfert, pourrait se poursuivre jusqu'à 96 heures avant sa présentation devant un juge d'instruction.

 

Avant son transfèrement, Yassin Salhi a été emmené par de nombreux policiers à son domicile de Saint-Priest pour une nouvelle perquisition et récupérer son passeport.

Par ailleurs, la soeur et l'épouse du suspect, qui étaient aussi en garde à vue depuis vendredi, ont été relâchées.


Yassin Salhi a reconnu les faits 

Alors qu'il s'était muré dans le silence jusqu'ici, Yassin Salhi a commencé à parler aux enquêteurs. Selon les informations de LCI, il a reconnu les faits : le meurtre de son patron et la tentative d'explosion de l'usine Air Products de Saint-Quentin Fallavier, en fonçant sur des bouteilles de gaz. D'importantes zones d'ombre restent encore à éclaircir sur le déroulement des faits, vendredi 26 juin. Selon Le Parisien, l'assassinat du patron de Yassin aurait eu lieu sur un parking, entre son entreprise de livraison et l'usine Air Products où a été commise la tentative d'attentat.

Samedi, déjà, des enquêteurs indiquaient que le jeune homme avait changé de position et commençait à expliquer sur le déroulé des faits. Yassin devrait être transféré ce dimanche vers le siège de la police antiterroriste près de Paris. Sa garde à vue, débutée vendredi soir à Lyon, peut durer jusqu'à 96 heures avant qu'il ne soit présenté à un juge d'instruction.

> Lire aussi : Comment Yassin Salhi, le terrorisme présumé, s'est radicalisé

 

Un différend personnel avec son ancien patron à l'origine de son action ?

Selon iTélé, le suspect aurait expliqué son geste comme la conséquence d'une altercation avec son patron, Hervé Cornara, survenue quelques jours auparavant. Différentes tensions avec ce dernier, mais aussi avec sa propre épouse l'auraient poussé à vouloir se suicider. Il aurait voulu "maquiller le tout en acte terroriste pour réaliser un coup médiatique", explique la chaîne d'information. Un employé d'ATC serait allé en ce sens en expliquant que les deux hommes avaient eu une dispute quelques jours avant les faits après la chute d'une palette lourdement chargée de matériel fragile.

Son ancien entraîneur évoque "une bombe à retardement"

Le journal Le Parisien-Aujourd'hui en France a retrouvé l'éducateur sportif de Yassin Salhi, l'auteur présumé de l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier et l'homme qui a reconnu l'assassinat de son patron. Dans l'édition de dimanche, l'homme évoque le garçon qu'il a entraîné pendant deux ans dans une salle de combat du Doubs. "Une personnalité à part", capable de passer d'une grande douceur à une violence incontrôlable. Mais selon lui, il aurait été "lobotomisé, influencé".

 

L'autopsie de la victime pas concluante

Les premiers résultats de l'autopsie sur la dépouille du chef d'entreprise assassiné, Hervé Cornara, n'ont pas permis de déterminer les causes de sa mort. Des traces d'asphyxie par étranglement et d'égorgement ont été retrouvées. Mais "les constatations médico-légales ne permettent pas à ce stade, en l'état des examens pratiqués, d'affirmer quand la victime est décédée : après l'asphyxie, après l'égorgement ou du fait de la décapitation", a ajouté la source, précisant que des examens complémentaires allaient être effectués.


Les Français jugent la menace terroriste toujours "élevée"

Pour 85% des Français, la menace terroriste reste "élevée" dans le pays, 40% la jugent même "très élevée". Ils ne sont que 14% à penser le contraire, selon un sondage Ifop pourle JDD. Parmi les personnes interrogées, 3% estiment même qu'elle est "très faible". Les sympathisants de tous les courants politiques sont pour une fois tous d'accord. Les cadres supérieurs et professions libérales apparaissent comme les plus inquiets (87%).

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers