Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 03:03
Contrairement à la propagande de la Gauche l’immigration est un fiasco financier pour la France

L’assurance maladie, l’assurance chômage protègent de moins en moins les français et laissent sur le carreau de plus en plus de sans-droits.

Prenons l’exemple d’une personne handicapée à 80 % percevant l’AAH d’un montant de 800 euros mensuel (calculée en fonction des revenus du ménage) arrivant à l’âge de la retraite peut percevoir le minimum vieillesse, qui devra être remboursé par ses descendants et retenu sur son petit patrimoine.

Mieux encore, si son conjoint bénéficie de 1242 euros par mois de retraite, la personne handicapée ne touchera pas un euro. C’est un exemple parmi tant d’autres que nous devons à nos élus !

La puissance du réseau politique, permet de diffuser à grande échelle, et de toucher beaucoup plus facilement une grande audience, sous couvert d’actions en faveur de l’environnement, ou dans le cadre d’alternatives sociétales, de phagocyter les conseils des diverses administrations, associations, et syndicats.

Ces aides complexes, octroyées suivant des critères obscures se révèlent, dans leur mise en œuvre, être injustement réparties. De plus en plus de travailleurs, se retrouvent déclassés et seule une élite composée de techniciens hautement qualifiés, d’experts, de managers et de publicistes sauvent leur peau, accélérant ainsi l’émergence d’une société duale. Dominés par la double concurrence des automates et de la main d’œuvre surexploitée dans des ateliers sordides du bout du monde, le travail humain rémunéré est constamment déclassé.

Ne pas oublier la loi en faveur des squatters !

euro-reconquista.com – COMMENT LA LOI ENCOURAGE LES SQUATTERS

www.euro-reconquista.com/site/spip.php?article520

… il s’avère que certains sites donnent la marche à suivre et tous les conseils utiles pour l’installation de squatters … l’article 38 de la loi n° 2007

Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa …

www.vosdroits.service-public.fr/particuliers/F16871.xhtml

Elle remplace le minimum vieillesse depuis 2006. … Conditions d’âge Vous pouvez bénéficier de l’Aspa si vous avez au moins 65 ans. Cependant, …

800€ par mois pour un retraité étranger n’ayant jamais …

www.agoravox.fr/actualites/politique/article/800eur-par-mois-pour

800€ par mois pour un retraité étranger n’ayant jamais … du minimum vieillesse dont 25 167 étrangers … qui n’ont jamais cotisé en France .

La Débâcle financière a débuté quand la Banque de France a cessé de mettre en circulation la monnaie grâce à l’action de Pompidou et de Giscard d’Estaing qui ont offert la France aux banques ! (loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973). L’article 104 du traité de Maastricht, puis l’article 123 du traité de Lisbonne, ont retiré le droit de création monétaire à la Banque de France en mettant la monnaie au pouvoir des banques et sociétés d’assurance. (Acte fondateur, et destructeur La Banque de France ne peut donc plus financer les déficits publics par de la création monétaire) permettant la mainmise des marchés financiers sur l’État.

Le FMI et la BCE souhaitent désétatiser les entreprises publiques ménageant les protagonistes que sont les banques et la finance. (En l’espèce, le directoire de la banque centrale européenne, dissociée de toute persévérance démocratique).

La France a approuvé officiellement, en décembre 1996, (sans discussion de ce problème au sein d’assemblées politiques, sans consultation nationale), le pacte de stabilité, ce codicille à Maastricht le rêve de feu Jean Monnet. Le gouvernement français a accepté d’être mis à l’amende, sous forme de sanctions pécuniaires versées au budget de l’Europe dès que sa politique économique sort des critères de convergence ordonnés par Maastricht dans le but de répondre du maintien de la valeur de l’euro. Sanctions pécuniaires qui frappent un délit fiscal … Il ne manque plus que la geôle !

Le 29 mai 2005, le peuple français, par son vote, excluait le projet de constitution européenne. Nicolas Sarkozy, sans référendum, a fait adopter« la dite constitution » sous un autre vocable, illustre le type même de la manipulation. Il faut garder son esprit critique en éveil, pour ne pas se laisser berner.

Le Parlement français ratifie le traité de Lisbonne …

www.euractiv.fr/institutions/la-france-et-luearticlele-parlement

… le Parlement français a approuvé massivement cette semaine la ratification du traité de Lisbonne. … par les collaborateurs de Nicolas Sarkozy. …

Nicolas Sarkozy, de façon sournoise n’a pas jugé utile cette procédure qui permet à tous les citoyens d’un pays de manifester par un vote l’approbation ou le rejet d’une mesure d’intérêt général. Je pensais que la France était un état dans lequel avait cours le régime démocratique. Le maître révélant son vrai visage s’est paré de sa loi écrite par lui dans « la constitution qu’il a fait sienne » pour qualifier de légale la mise au pas du peuple ; cette loi n’est donc pas avec nous mais contre nous…

Petit bonus supplémentaire :

Le Traité de Lisbonne sous sa fallacieuse apparence, prohibe de refouler les bateaux de clandestins vers l’Afrique… la constitution (« le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation ») : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». L’article 2, définit la République comme le gouvernement du peuple par le peuple ; l’article 5, confie au président de la République la mission de veiller à l’intégrité du territoire, dont le contrôle des frontières fait partie ; l’article 16, autorise le chef de l’Etat à user de pouvoirs spéciaux quand cette même intégrité est menacée « de manière grave ou immédiate », intégrité qui s’effondre dès lors que l’Etat n’a plus la surveillance personnelle de son territoire !

Au fait, c’est quoi la prévarication ? En plus le traité de Lisbonne est à durée indéterminé….

Les parlementaires PS et Verts y figurent, comme autant de garanties de respectabilité, l’ont rendue réalisable par le vote au congrès de Versailles, doivent des comptes au peuple qu’ils ont trompé. L’Europe engloutit les consciences dans un magma, renforcée de la massue du FMI, livre les peuples aux banksters. Nous devons nous pencher sérieusement sur leur financement, pour éviter qu’ils n’utilisent à leur profit l’espace public pour que vous cédiez à l’élan émotionnel qui vous fait vaincre les barrières de la fatigue…l’obéissance qui vainc vos instincts

Nous vivons une dictature feutrée déguisée en gouvernance où nos racailles se prenant pour des Black panthers américains épousent la religion de l’Islam… le prosélytisme domine tous les codes, recrute par ce biais des jeunes idéalistes. L’emprise mentale se fait donc de manière particulièrement insidieuse.

L’article 104 du traité de Maastricht, puis l’article 123 du traité de Lisbonne, ont retiré le droit de création monétaire à la Banque de France, en mettant la monnaie au pouvoir des banques et sociétés d’assurance, des marchés financiers au moment où ceux-ci allaient s’effondrer.

Le traité de Lisbonne a donné le goût de l’impunité et de la récidive à certains voyous de la politique. Avant le 29 mai 2005, l’Union européenne était démocratique. Elle est maintenant, antidémocratique et autoritaire. Les budgets nationaux sont soumis à un examen préalable de la Commission de Bruxelles. . Les Etats nations sont devenus des colonies de la Commission. Les articles du traité de Lisbonne placent les budgets nationaux sous l’allégeance des investisseurs internationaux.

Ils empêchent le recours aux banques centrales pour procurer des fonds aux Etats. Ils interdisent toute limitation des mouvements de capitaux aux frontières de l’Union.

Le traité de Lisbonne est coupable de la crise des dettes nationales. C’est un grand marché sauvage rentable qui traite l’homme comme du bétail et se fout de l’humain, de la culture, de l’histoire et de l’environnement (contribution des surprofits que génèrent les délocalisations et l’automatisation)

La crise actuelle oblige à rompre avec le traité de Lisbonne. Il est impératif de superviser les mouvements de capitaux. Le traité de Lisbonne le refuse. La BCE doit élaborer la relance économique. Le traité lui ordonne formellement de garantir la stabilité des prix au risque de l’asphyxie. Il faut en finir avec le libre-échange, le dumping social et écologique. Le traité y fait obstacle empêchant de relancer l’économie utile. Le traité de Lisbonne proscrit les aides publiques et contraint à une libéralisation des services publics. Le nécessaire est interdit, le nocif est obligatoire.

Le peuple doit prendre conscience pour obliger le traité de Lisbonne à mettre bas son masque et juger de la responsabilité de chacun…

Analysez le TAFTA…et comment le peuple n’a plus droit à la parole ! On connait donc la socialisation des pertes, permettant de remettre à flots des établissements financiers qui prêtent aux États européens en crise à des taux d’intérêt prohibitifs, en se refinançant auprès de la BCE.

Les banques privées profitent de l’impossibilité pour les États d’emprunter directement à la BCE sans oublier l’intervention de l’État pour sauver les banques et bloquer la récession en ayant pour conséquences une baisse des recettes fiscales…

Il faut mettre en œuvre une nouvelle politique monétaire par une rupture avec l’emprise des marchés financiers. La BCE et les banques centrales nationales doivent pouvoir financer directement par création monétaire les déficits publics.

La France pourrait s’appuyer sur le « compromis de Luxembourg » qui prévoit que les États peuvent enfreindre aux règles européennes s’ils estiment que leur « intérêt vital » est en jeu.

Cette disposition particulière appelée de « l’opt out » a été utilisée par le Royaume-Uni, la Pologne, la République tchèque pour rejeter la Charte des droits fondamentaux intégrée au traité de Lisbonne.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société