Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 03:27

En raison des sanctions, plus de 2 millions d’emplois et environ 100 milliards d’euros de richesses produites sont menacés en Europe, révèle l'Institut autrichien de recherches économiques (Wifo).

Les conséquences des sanctions contre Moscou et des mesures de rétorsion russes seront probablement beaucoup plus graves que prévu jusqu'à présent, rapporte le quotidien allemand Die Welt se référant à l'étude du Wifo.

«Notre hypothèse, à l'automne de l'année dernière, des pires baisses d'exportations est devenue réalité (…). Si la situation ne change pas radicalement, nous serons confrontés au scénario le plus pessimiste", a déclaré l'un des auteurs de l'enquête, Oliver Fritz.

Selon les économistes du Wifo, l'Allemagne serait plus touchée par les sanctions qu'aucune autre grande économie d'Europe occidentale. Environ 500.000 emplois et 27 milliards d'euros de richesses produites sont menacés. Ainsi, la crise persistante pourrait lui coûter un peu plus d'un point de pourcentage de produit intérieur brut (PIB).

 

Les autres pays de l'UE ressentent dans une moindre mesure les conséquences des sanctions. Notamment, les pertes provisoires de l'Italie constitueraient 200.000 emplois et 0,9 point de pourcentage de PIB, en France il s'agit de 150.000 emplois et de 0,5 point de pourcentage de PIB.

Le président russe avait déjà rappelé à la communauté internationale le préjudice causé à l'économie européenne par les sanctions contre la Russie. Néanmoins, la Commission persiste à estimer que les conséquences des sanctions antirusses sur l'économie européenne seraient «relativement minimes» et «gérables». Pourtant, ces déclarations des européens tranchent avec celles d'un récent rapport confidentiel de la Commission européenne sur les sanctions.

"Nous avons été en phase descendante depuis le printemps 2014. Nous pourrions toucher le sol maintenant. Mais nous ne le savons pas encore", a indiqué le président de la Commission pour l'Est de l'économie allemande, Eckhard Cordes.

Les Etats-Unis et l'Europe ont adopté plusieurs trains de sanctions contre des secteurs entiers de l'économie russe en 2014 et au début de 2015 sur fond de crise en Ukraine. La Russie a riposté, en frappant d'embargo en août plusieurs denrées alimentaires, notamment les produits laitiers, la viande, et les fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, d'Australie et de Norvège.

Elle a déclaré plusieurs fois qu'elle souhaitait un règlement rapide du conflit dans le Donbass et qu'elle considérait les sanctions occidentales comme illégitimes et infondées.


http://fr.sputniknews.com/international/20150619/1016616966.html#ixzz3dWbV7utd

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International