Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 02:55

Il est difficile aujourd’hui d’imaginer que ces deux villes font toujours partie de notre territoire national.
 
Peut-être un jour, entendrons-nous sur les ondes radiophoniques un message : « L’ambassade de France dans le département du Nord vous demande de respecter le couvre-feu en vigueur à Roubaix et à Tourcoing et de ne pas quitter votre domicile après 22 heures. »
 Car oui, il est difficile aujourd’hui d’imaginer que ces deux villes font toujours partie de notre territoire national, dans l’État de droit républicain. 
Contrairement à ce que laissent entendre les faussaires du réel, il existe des zones de non droit en France, des zones dans lesquelles il est difficile de circuler librement sans être violenté ou volé.


Des dizaines d’années de laxisme ont permis la création de quartiers entièrement sortis de la nation.
 Tourcoing et Roubaix, avec d’autres endroits du sud au nord, et de l’est à l’ouest de l’hexagone, représentent cette France hors la France.
 Il y a un mois, une famille avec quatre enfants s’est vue proposer de déménager du quartier« populaire » du Pile, suite aux multiples menaces et exactions d’une bande de voyous.
 La mairie et la police, totalement désemparées, n’ont rien trouvé de mieux à proposer à ces honnêtes gens que de déménager. 
Régler la situation, mettre les bandes en prison, ou bien encore tout simplement appliquer la loi ?
 Non, cela risquerait d’embraser le fragile équilibre multiculturel du quartier.
Le moindre événement est susceptible de provoquer le courroux de toute une jeunesse, pourtant choyée par les médias et le pouvoir. 
À Tourcoing, un jeune automobiliste ayant refusé de s’arrêter lors d’un contrôle de police a finalement provoqué la mort du passager avant et se retrouve quant à lui dans le coma (le passager arrière s’est brisé le fémur).
 Le magistrat a indiqué que la voiture avait fait des embardées « pour empêcher les policiers de se porter à [leur] hauteur », et que « Les policiers ont fait tout leur travail et rien que leur travail. Ils ne sont en rien impliqués. »
Le passager arrière a par ailleurs confirmé aux enquêteurs que le conducteur savait que le véhicule faisait l’objet d’une mesure d’immobilisation pour défaut d’assurance, et qu’il avait refusé de s’arrêter pour éviter de payer une amende.
 Un scénario qui ressemble fort à la fin du film « Ma-6T va crack-er ».

La « jeunesse » du quartier s’est saisie de ce prétexte pour casser, effrayer, brûler.
 Un prétexte pourtant mensonger, car le meurtrier du passager est le conducteur, donc un des leurs.



Les milliards des « plans banlieues » successifs, comme les multiples réformes de l’Éducation nationale, ne pourront pas combler une fracture beaucoup plus identitaire et morale que sociale.


 Une partie importante de la population des fameux « quartiers » ne veut plus se reconnaître ni dans la France, ni dans la république, ni dans les valeurs constitutives de notre civilisation.


 Pour empêcher que le feu ne gagne la France dans son ensemble, il y a quelques solutions simples à disposition : restaurer l’ordre républicain, affirmer ce qu’est la France, appliquer les lois, arrêter instamment l’immigration.


Quand Mouloud Achour tweete que la justice a mal fait son travail en rendant justice aux deux policiers innocents de l’affaire « Zyed et Bouna », il participe, au même titre que Christiane Taubira, à installer la défiance à l’égard des autorités policières et judiciaires, et à entretenir la culture de l’excuse.


 Ces deux attitudes d’esprit sont les mamelles des émeutes de Tourcoing. 


On attend d’ailleurs que la grande presse s’en empare…
 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société