Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 21:47

Bonne fête nationale!

 
 
 
 
Le jour de la fête nationale est, avant d'être un jour de fête, un symbole du combat pour la liberté. Il serait peut être bien venu de faire le point sur l'état de notre liberté alors que partout l'on ne parle que de droits de l'homme, que l'on focalise les droits de minorités comme si le fait d'être minoritaire enpêchait d'être humain. S'interroger sur soi, à l'heure où l'on nous impose de l'extérieur une idéologie destructrice. 
 
A l'heure des droits de l'homme conquérants, le pays semble être à nouveau occupé par une étrange frénésie, qui n'a rien à voir avec les valeurs de la République, avec le respect de l'autre, avec la tolérance. Il n'y a pas de liberté quand celle de l'autre est niée.
 
A l'heure où l'alternative à l'idéologie dominante est interdite, je vous propose de relire ce poême d'Aragon. Certes écrit contre l'envahisseur allemand, il garde malheureusement toute son actualité. Quand la Patrie est en danger, c'est l'homme qui est visé. Aujourd'hui aussi.
 

 
MARCHE FRANCAISE
 
Quand il arriva la saison
Des trahisons et des prisons
 
Quand les fontaines se troublèrent
Les larmes seules furent claires
 
On entendait des cris déments
Des boniments des reniments
 
Des hommes verts et des vautours
Vinrent obscurcir notre jour
 
Ils nous dirent Vous aurez faim
Dans la main nous prirent le pain
 
Ils nous dirent Jetez vos livres
Un chien n'a que son maître à suivre
 
Ils nous dirent Vous aurez froid
Et mirent le pays en croix
 
Ils nous dirent Les yeux à terre
Il faut obéir et se taire
 
Ils nous dirent Tous à genoux
Les plus forts s'en iront chez nous
 
Ils ont jeté les uns aux bagnes
Pris les autres en Allemagne
 
Mais ils comptaient sans Pierre et Jean
La colère et les jeunes gens
 
Mais ils comptaient sans ceux qui prirent
Le parti de vivre ou de mourir
 
Comme le vent dans les cheveux
Comme la flamme sans le feu
 
Croisés non pour une aventure
Une lointaine sépulture
 
Mais pour le pays envahi
Contre l'envahisseur faï
 
Chassons chassons nos nouveaux maîtres
Les pillards les tueurs les traîtres
 
Le bon grain du mauvais se trie
Il faut mériter sa patrie
 
Chaque jardin chaque ruelle
Arrachés à des mains cruelles
 
Chaque silo chaque verger
Repris aux mains des étrangers
 
Chaque colline et chaque combe
Chaque demeure et chaque tombe 
 
Chaque mare et ses alevins
Chaque noisette d'un ravin
 
Chaque mont chaque promontoire
Les prés sanglants de notre histoire
 
Et le ciel immense et clément
Sans nuage et sans Allemand
 
Il faut libérer ce qu'on aime
Soi-même soi-même soi-même 
 
 
 
 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS