Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 02:10
Déforestation : 170 millions d’hectares pourraient disparaitre d’ici 2030, selon le WWF

Un nouveau rapport publié par le WWF estime à 170 millions d’hectares la portion de forêt qui disparaitra de la surface de la planète d’ici 2030, si rien n’est fait jusque-là.

Le développement des activités humaines engendre des dommages considérables sur les écosystèmes. Malheureusement, cette tendance ne va pas en s’arrangeant. C’est ce que suggère un rapport publié récemment par le WWF qui estime à 170 millions d’hectares la portion de forêt qui disparaitra de la surface de la planète d’ici 2030. Une estimation particulièrement préoccupante.

Imaginez une forêt s’étendant à travers l’Allemagne, la France, l’Espagne et le Portugal détruite en seulement 20 ans“, explique dans un communiqué Rod Taylor pour rendre compte de l’ampleur du phénomène. Pour en arriver là, le directeur du programme des forêts de WWF a mené avec ses collègues une étude approfondie sur la déforestation à travers le monde en se basant sur les tendances passées.

80% de la perte des forêts concentrés sur 11 régions sensibles

Les résultats de l’enquête mettent en évidence 11 zones les plus critiques, concentrant à elles seules 80% de la perte des forêts. Parmi ces régions, dix sont tropicales.

Celles-ci se situent notamment en Amazonie, à Bornéo, le bassin du Congo, et à Sumatra. Les zones sensibles sont également l’habitat d’un certain nombre d’espèces menacées, comme les tigres et les orangs-outans.

Actuellement, les principales causes de la déforestation sont l’expansion de l’agriculture et les élevages de bétail qui remplacent peu à peu les forêts naturelles. Mais l’exploitation minière, la collecte de bois de chauffage, l’exploitation non durable des forêts et les barrages hydroélectriques sont également des facteurs importants qui menacent les arbres de la planète.

Un effort collectif pour réagir

Selon le WWF, des décisions collectives sont de mise pour contrer ce phénomène. L’arrêt de la déforestation et de la dégradation des forêts “ne se produira pas par accident. Cela nécessitera un énorme effort collectif ainsi que des changements de politiques de la part des gouvernement et de l’industrie”, indique le rapport.

Le document a été publié à l’occasion du Sommet des paysages tropicaux qui se déroule à Jakarta en Indonésie. Rod Taylor a quant à lui, appelé à la collaboration afin que des mesures soient prises à travers le monde pour limiter les activités menaçant les forêts.

GS maxisciences

SOURCE

Le développement des activités humaines engendre des dommages considérables sur les écosystèmes. Malheureusement, cette tendance ne va pas en s’arrangeant. C’est ce que suggère un rapport publié récemment par le WWF qui estime à 170 millions d’hectares la portion de forêt qui disparaitra de la surface de la planète d’ici 2030. Une estimation particulièrement préoccupante.

Imaginez une forêt s’étendant à travers l’Allemagne, la France, l’Espagne et le Portugal détruite en seulement 20 ans“, explique dans un communiqué Rod Taylor pour rendre compte de l’ampleur du phénomène. Pour en arriver là, le directeur du programme des forêts de WWF a mené avec ses collègues une étude approfondie sur la déforestation à travers le monde en se basant sur les tendances passées.

80% de la perte des forêts concentrés sur 11 régions sensibles

Les résultats de l’enquête mettent en évidence 11 zones les plus critiques, concentrant à elles seules 80% de la perte des forêts. Parmi ces régions, dix sont tropicales.

Celles-ci se situent notamment en Amazonie, à Bornéo, le bassin du Congo, et à Sumatra. Les zones sensibles sont également l’habitat d’un certain nombre d’espèces menacées, comme les tigres et les orangs-outans.

Actuellement, les principales causes de la déforestation sont l’expansion de l’agriculture et les élevages de bétail qui remplacent peu à peu les forêts naturelles. Mais l’exploitation minière, la collecte de bois de chauffage, l’exploitation non durable des forêts et les barrages hydroélectriques sont également des facteurs importants qui menacent les arbres de la planète.

Un effort collectif pour réagir

Selon le WWF, des décisions collectives sont de mise pour contrer ce phénomène. L’arrêt de la déforestation et de la dégradation des forêts “ne se produira pas par accident. Cela nécessitera un énorme effort collectif ainsi que des changements de politiques de la part des gouvernement et de l’industrie”, indique le rapport.

Le document a été publié à l’occasion du Sommet des paysages tropicaux qui se déroule à Jakarta en Indonésie. Rod Taylor a quant à lui, appelé à la collaboration afin que des mesures soient prises à travers le monde pour limiter les activités menaçant les forêts.

GS maxisciences

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science