Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 03:12
Mistral

La classe Mistral est un type de porte-hélicoptères amphibies d’assaut de la Marine nationale française faisant partie des bâtiments de projection et de commandement. Crédits : Wikimedia

« Les conditions ne sont toujours pas réunies pour que nous les livrions aujourd’hui », a affirmé Jean-Yves Le Drian, lors de la séance de questions-réponses, sans fournir davantage de précisions.

Dans ce cas, « les Mistral coûteraient à la France 1,2 milliard d’euros », a précisé le ministre. « Notre économie rencontre des difficultés mais il s’agit d’un choix stratégique. Nous n’avons pas hésité et avons pris le risque », a-t-il précisé.

Le ministre a néanmoins souligné qu’aucune décision finale n’avait été prise et ce, depuis la déclaration de François d’Hollande, en novembre 2014, lorsque ce dernier a officiellement bloqué la livraison des porte-hélicoptères.

Répondant à la question d’un journaliste américain quant aux chances de voir les Mistral amarrés aux États-Unis, Jean-Yves Le Drian a préféré jouer la carte humoristique. « S’ils proposent un bon prix pourquoi pas ! (…) Mais Ashton Carter [secrétaire américain à la défense] ne m’a rien dit de tel lors de notre rencontre », a lancé le ministre français.

Évalué à près d’1,2 milliard d’euros, le contrat de construction des deux navires de classe Mistral a été signé entre le constructeur français DCNS et la société publique russe Rosoboronexport en juin 2011. Le premier de ces vaisseaux, le Vladivostok, devait initialement être remis à Moscou à la mi-novembre 2014, mais se trouve toujours au port de Saint-Nazaire, tout comme le deuxième, le Sébastopol.

Kommersant, qui s’appuyait sur des sources au sein de la sphère de la coopération militaro-technique, affirmait mi-mai que la compagnie DCNS était prête à rembourser à Moscou 784,6 millions d’euros, à condition que le gouvernement russe et Rosoboronexport acceptent officiellement par écrit que les deux Mistral puissent être revendus par la France à « toute tierce partie intéressée sans restriction ».

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International