Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 01:18

 

Regardé avec méfiance dans certaines villes, le développement de l’enseignement privé musulman se fait à bon rythme, même s’il reste contrarié par le manque de moyens et l’octroi au compte-gouttes des précieux contrats d’association avec l’Etat.

La France compte une quarantaine d’établissements confessionnels musulmans, sans compter les projets en cours. Nouveauté de cette rentrée, deux collèges passent, mais pour une classe de sixième seulement, sous contrats d’association, ce qui signifie la prise en charge par l’Etat de la rémunération des professeurs chargés de matières générales.

L’établissement Ibn Khaldoun de Marseille et l’Institut de formation de Saint-Quentin-en-Yvelines (IFSQY) en région parisienne rejoignent ainsi le lycée Averroès de Lille, le groupe scolaire Al Kindi à Décines-Charpieu près de Lyon, et l’école Medersa de Saint-Denis de la Réunion, pionnière en France.

Avec quelque 3.000 élèves au total, cet enseignement confessionnel reste peu développé pour une population musulmane évaluée à cinq millions de personnes (pratiquants ou non). [...]

«La communauté musulmane est en train de rattraper son retard», assure à l’AFP Makhlouf Mamèche, président de la Fédération nationale de l’enseignement privé musulman (FNEM), créée l’an dernier pour commencer à structurer un réseau disparate et qui ambitionne de devenir rapidement l’interlocuteur des pouvoirs publics.

«Au départ, le sujet était un peu tabou, les musulmans jugeaient l’ouverture de mosquées prioritaire», estime ce directeur-adjoint du lycée Averroès. Mais la donne a changé dans les années 2000, surtout après l’interdiction du voile à l’école publique en 2004.

Plus récemment, les critiques de l’Education nationale relatives à une «théorie du genre» ont joué leur rôle. «La question du genre a créé de vrais dégâts auprès des musulmans», confie Makhlouf Mamèche, qui est par ailleurs un dirigeant de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans. [...]

Source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Education