Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 02:34
prison_surveillant

04/08/2015 – 07h00 Nantes (Breizh-info.com) – Comment devient-on gardien de prison aujourd’hui ? Comment se déroule une carrière ? Une journée ? Quel est l’état des prisons françaises à l’heure actuelle ? Sa composition ? Quels sont les nouveaux codes de l’univers carcéral ? A toutes ces questions, Pierre* (prénom d’emprunt), un surveillant de prison en poste dans un établissement de Loire-Atlantique, a bien voulu y répondre. Sans fard et sans langue de bois. Edifiant.

Breizh-info.com : Pourquoi avez-vous décidé de devenir gardien de prison ? Qu’est-ce que ce métier représentait pour vous ?

Pierre : soumis au devoir de réserve, car dépendant d’un statut particulier comme l’armée je dois conserver mon anonymat pour répondre à ces questions.

Je suis devenu surveillant des services déconcentrés de l’administration pénitentiaire (véritable appellation de la profession) par défaut et certainement pas par vocation.

C’est ma copine de l’époque avec l’aide de ma mère qui m’avait inscrit à ce concours en me poussant à trouver un travail. Je l’ai donc passé et réussi du premier coup. À l’époque, il était un peu plus compliqué que maintenant, ma promotion était titulaire du baccalauréat, à 97% ; aujourd’hui, on doit être plus proche des 40%. Donc ça ou autre chose et bien pourquoi pas, au moins la fonction publique était censée assurer la sécurité de l’emploi.

À cette époque j’avais 23 ans, je ne connaissais rien de ce métier, ça ne représentait pas grand-chose pour moi . Je ne m’arrêtais pas à ce terme péjoratif de « maton » : pour moi c’était la fonction publique, le ministère de la Justice, et même si j’en avais déjà une mauvaise image, l’important était d’avoir un emploi.

Breizh-info.com : Où avez vous eu l’occasion d’exercer ?

Pierre : Je suis rentré à L’ENAP (École nationale de l’administration pénitentiaire) à Agen en 2003. J’ai ensuite effectué deux stages en établissement au centre pénitentiaire de Lorient-Ploemeur et à la maison d’arrêt de Brest. Suite à ma formation, j’ai été affecté à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy (78). J’ai également exercé à la maison d’arrêt d’Osny (95). Après 6 ans de fonction dans la jungle de l’univers carcéral parisien, j’ai réussi à obtenir ma mutation au centre pénitentiaire de Nantes où j’exerce depuis maintenant 6 ans. J’ai été pendant une période affecté en renfort (suite au manque récurant de personnel) sur une autre maison d’arrêt bretonne.

Breizh-info.com :  Comment se présente une journée d’un gardien de prison ?

Pierre : C’est d’un service complet qu’il faut parler pour se rendre compte du cycle de travail d’un surveillant.

Suivant les établissements un surveillant tourne en 3/2 ou en 4/2, c’est-à-dire trois ou quatre jours de travail et deux jours de repos. Jusqu’au dernier jour de service, un surveillant d’étage (je ne vous parle pas des postes fixes, la planque à pistonnés…) réalise un service de 6 heures.

Il est soit du matin soit de l’après-midi. Soit 6h45 – 13h soit 12h45-19h. Le dernier jour de service, cela se complique, le surveillant prend le service de 6h45 à 13h, puis reprend à 18h45 jusque 7h le lendemain matin. Eh oui, 18h30 sur 24h au boulot dans la même journée ! Puis suivent deux journées de repos et le service reprend, normalement sur un après-midi.

La première journée est une journée de « repos de garde » (puisque travaillée de minuit à 7 heures) : les textes sont clairs, le surveillant doit disposer de deux jours de repos, le repos de garde ne pouvant en être considéré comme tel. Devant le manque d’agents, la mauvaise gestion du personnel et des syndicats main dans la main avec la direction, l’administration a pris l’habitude de continuer ainsi et aucune amélioration n’a été apportée contrairement à d’autres administrations comme la police.

Pour ce qui est de la journée type d’un surveillant, il faut se mettre dans la peau d’un surveillant qui exerce ce métier depuis quelques années et penser comme le fait la majorité : « Moins j’en fais, mieux je me porte ».

Vous l’aurez donc compris, le but des surveillants est de suivre les directives de leur direction, qui elle suit celle du ministère, à savoir « ne pas faire de vagues »…

Beaucoup rentrent dans l’administration pénitentiaire pleins de bonne volonté. Même si ce n’est pas par vocation, nombreux sont les surveillants qui commencent ce métier avec encore des convictions. Passé quelques années ce n’est plus le cas pour la majorité d’entre eux.

En effet, il est impossible dans un établissement pénitentiaire, et j’ai suffisamment fait le tour pour voir ce qu’il y’avait à voir, de faire respecter la loi ou les règlements intérieurs.

Les surveillants sont donc obligés de faire comme ils peuvent pour terminer leur service sans incident. Ce qui fait donc que très peu de surveillants travaillent de la même façon ; certains arrivent à garder le calme sur leur étage en étant « plus ou moins cool » avec les détenus, d’autres essayent de continuer d’exercer leur autorité comme ils peuvent, mais les surveillants trop stricts sont malheureusement les plus souvent agressés.

Au final, chacun fait en sorte de s’en tirer à moindre mal et pour cela, toutes les magouilles sont bonnes. Pour éviter certains étages, des surveillants magouillent avec le service du personnel pour ne pas y être affecté, nombreux sont ceux à se mettre en arrêt quand ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent, au détriment de ceux qui ne se plaignent jamais jusqu’au jour où certains craquent.

Au sein d’un centre pénitentiaire, des étages (quartiers, coursives) sont plus tranquilles que d’autres. Par exemple en région parisienne un quartier de pédophiles est bien plus simple à gérer qu’un quartier où la direction n’a affecté que des voyous de Trappes…

Un centre de détention (longue peine) est bien plus tranquille qu’une maison d’arrêt.

Dans ces dernières, certains surveillants prennent leur service la peur au ventre, car même si le service ne dure que six heures, c’est particulièrement intense.

Dans les centres de détention par contre les détenus sont beaucoup plus libres, porte ouverte de la cellule durant tout le service, le climat est donc plus détendu, mais quand ça part « au clash », comme les détenus ne sont pas confinés en cellule, et bien c’est souvent bien plus violent qu’en maison d’arrêt.

En conclusion, le service d’un surveillant est donc bien différent d’un agent à un autre, d’un établissement à un autre, tout dépend de la façon de travailler. Le but étant de terminer son service avec le même effectif qu’à l’ouverture six heures plus tôt avec zéro incident si possible, et pour cela tous les moyens sont bons pour arriver à passer un service tranquillement.

Breizh-info.com :  Pouvez-vous nous dresser un panorama de la situation carcérale en Bretagne,? On voit beaucoup d’incidents entre détenus et surveillants, notamment en Loire-Atlantique. Est-ce généralisé ?

Pierre : Oui, c’est effectivement généralisé. Si la presse devait recenser tous les incidents journaliers des prisons françaises, elles n’auraient pas assez de pages dans ses colonnes pour le faire!

Les incidents sont quotidiens, en Bretagne autant qu’ailleurs, ils sont plus ou moins graves, plus ou moins violents, mais c’est quotidien.

La Bretagne n’est pas mieux lotie que les autres régions : il existe un manque cruel d’agents, nous nous en plaignons depuis 12 ans, et les anciens surveillants s’en plaignent depuis 30 ans.

Toutes leurs belles campagnes de publicité diffusées en 2003 pour pallier le manque de surveillants en vantant le nombre historique des nouvelles promotions étaient en fait une vaste supercherie visant à préparer le remplacement des futurs départs en retraite. Au final, seuls des postes liés à des ouvertures d’établissements ont été créés et le constat est donc le même ailleurs qu’en Bretagne, il manque terriblement de personnel et de moyen pour assurer un service normal des prisons françaises.

Sur le terrain, la surpopulation carcérale – qui ne cesse d’augmenter malgré toutes les lois Taubira – et ce manque de personnel fait que le climat est toujours tendu. Il suffit d’une étincelle pour que cela démarre au quart de tour…

Les causes sont multiples : un détenu qui n’a pas pu cantiner ses cigarettes, qui tarde dans la douche alors que c’est la fermeture des portes, des tensions liées aux trafics bien souvent, un détenu qui en veut au surveillant d’étage d’avoir confisqué son portable etc.

Le problème est qu’on a tellement laissé faire qu’aujourd’hui c’est impossible de serrer la vis. Les détenus le savent et ils en profitent. Ils jouent sans arrêt sur la patience des surveillants. Ils exigent que ce qu’ils demandent soit fait dans l’instant…

Dans le métier, il n’est pas rare de s’entendre se comparer entre collègues à des « room services »…

Et il faut bien le dire : très souvent, les surveillants en ont marre d’être pris pour des chiens, ce qui peut entraîner des dérapages verbaux : c’est la goutte d’eau qui fait déborder un vase continuellement plein. Les détenus n’acceptent pas la moindre remarque déplacée, et c’est l’escalade dans la violence.  Il y a encore quelques années certains gradés et certains surveillants n’hésitaient pas à employer la manière forte pour faire comprendre aux détenus où était leur place, la détention était plus calme et les incidents plus rares.

Seulement aujourd’hui, les directions préfèrent avoir deux surveillants blessés que le détenu sur un incident.

Quand on voit à l’extérieur comment les CRS chargent violemment la population lambda et comment d’un autre côté en prison on traite les vrais voyous, les vrais délinquants, il y’a sincèrement de quoi s’interroger.

Breizh-info.com : Lorsqu’Éric Zemmour déclarait « Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est un fait », ces propos contenaient-ils une part de vérité qui se retrouve dans les prisons ? 

Pierre : Je ne savais pas que Zemmour en avait parlé. J’adhère à nombre de ses propos, mais je n’aime pas le personnage. Pourquoi faut-il que l’on ne prenne conscience de certains problèmes que parce qu’un personnage médiatique en a parlé ?

Dans toute la France, la majorité de la population carcérale appartient à certaines communautés. Ce n’est ni du racisme ni une invention de l’extrême droite, mais tout simplement un constat.

La Bretagne n’est pas en dessous de la moyenne nationale. Au minimum 60%, mais plus en général autour de 80% des détenus sont d’origine extraeuropéenne. Je rappelle que le coût d’un détenu varie de 60 à 80€ par jour.

N’importe quel média qui aurait fait l’effort d’interroger un surveillant ces dernières années aurait pu pointer du doigt ce problème. Mais vous savez, il ne faut pas dire publiquement ce qui dérange dans ce pays, quand bien même les citoyens le savent.

En prison, ce sont toujours les mêmes qui reviennent, toujours issus des mêmes communautés ; la réinsertion ne fonctionne pas ou alors très peu. Allez interroger une conseillère d’insertion et de probation un peu honnête et elle vous dira que c’est démoralisant.

Le problème est que là encore on préfère allouer des budgets pour des outils qui ne fonctionnent pas plutôt que de cerner les vrais problèmes et dans notre cas augmenter les effectifs de surveillants et surtout les moyens pour assurer une réelle sécurité dans les établissements.

Outre ce constat des origines majoritairement extra européennes de la population pénale, il faut aussi dénoncer l’islamisation grandissante de nos établissements. Malgré les interdits, l’ l’administration pénitentiaire  tolère les appels à la prière pour ne pas faire de vagues.

La Bretagne n’est pas à part, vous pouvez l’entendre à Brest ou à Lorient et rien n’est fait pour appliquer la loi. Au contraire, j’ai le cas d’un collègue à qui la direction a demandé d’arrêter ses écrits sur un problème d’appel à la prière justement. On lui a dit que ça serait mieux pour lui de ne plus se fatiguer à faire des écrits, car de toute façon ça ne serait pas un motif pour une commission de discipline. Autant dire qu’on laisse tout faire.

Breizh-info.com : Quelles sont vos relations avec les détenus ? Quel est le moral des collègues actuellement ? Certains font état de conflits entre direction et employés qui tendent à se généraliser

Pierre : Personnellement, mes relations avec les détenus sont plutôt bonnes. On peut dire que je fais partie de ce qu’ils apprécient. Comme cela fait bien longtemps que j’ai abandonné toute idée d’appliquer un règlement qui n’existe que dans les textes, j’ai donc adopté ma façon de travailler à la population pénale. S’ils ne me font pas « suer » pendant mon service, il en va de même pour moi. Les détenus ont donc appris à me connaitre, ils savent qu’il ne faut rien me demander, mais à côté de ça je ne suis pas sans arrêt derrière leur dos et je ne suis pas regardant sur les douches supplémentaires, chose qu’ils apprécient beaucoup dans l’univers carcéral où la norme est de 3 douches par semaine. C’est donc avec ce genre de concessions qu’on arrive à faire tourner sa coursive.

Le moral des collègues ? Il ne change pas depuis 12 ans que je suis surveillant : tout le monde en a marre. Il faut avouer que le surveillant est quelqu’un qui aime se plaindre, tous les jours à chaque service le surveillant se plaint. Et il faut dire qu’il y’a de quoi devant la répétition des cycles et l’enchainement des heures. Car il faut savoir que depuis que la gauche est repassée au pouvoir, et que donc les heures supplémentaires ont été refiscalisées, les surveillants ont perdu une sacrée partie de leur pouvoir d’achat, car un surveillant ne compte pas ses heures supplémentaires qui sont obligatoires puisque nécessitées par le service.

Nous sommes pris en otage par l’administration puisque non seulement les heures supplémentaires sont obligatoires, mais en plus elles sont taxées ! Nombreux seraient les surveillants à préférer rester 36 heures de plus par mois chez eux, et payer moins d’impôt, qu’au travail en compagnie de toute cette faune.

Pour de ce qu’il en est de ces conflits entre direction et employés je n’y crois pas. Les syndicats sont mains dans la main avec la direction et les quelques actions que j’ai pu voir durant ma carrière relèvent plus d’une mise en scène médiatique que d’une réelle volonté de faire évoluer nos conditions de travail.

Alors oui les surveillants sont à bout, oui ils en ont ras le bol, mais comme je vous le disais dès le début de cette interview nous dépendons du statut spécial particulier. À ce titre, nous n’avons pas le droit de grève et un surveillant ne peut donc se rendre à une mobilisation qu’en dehors de ses heures de services.

Et vous vous doutez bien qu’avec le service qui nous est imposé cela est impossible, les surveillants privilégiant le peu de vie de famille qu’ils ont sur leur repos à des actions pour leur bien-être au travail.

Reconnaissant d’avoir un emploi, il subit tous les jours. Pendant que d’autres se suicident en silence.  Ils ne feront pas – comme les salariés d’Orange – la une des grands médias. Pourtant,  je fais partie de la profession au plus fort taux de suicide, où l’espérance de vie est de 64 ans !

J’ai connu 3 collègues qui se sont suicidés en 12 ans de service, et notamment un très bon ami avec qui je passais du temps, rien ne laissait paraître qu’il allait passer à l’acte.

Là encore, ce sont des sommes astronomiques que l’on dépense pour la prévention des suicides en prison et pourtant ! Allons-nous continuer à être aux petits soins avec des gens qui ne le méritent pas alors qu’on ne pense ni aux victimes ni au personnel qui subissent la crème de la délinquance française tous les jours ?

Et pourtant il y aurait de quoi en vouloir aux directions des établissements, quand on voit les primes octroyées chaque année aux directeurs d’établissements pénitentiaires ; tout simplement scandaleux, quand on sait que les indices des fonctionnaires sont gelés depuis plusieurs années ? Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais.

Breizh-info.com : Comment les détenus font-ils pour avoir autant de matériel en prison (portables, consoles, drogues …) ? Vous ne faites pas bien votre travail ? Que se passe-t-il ?

Pierre : Il fut un temps où les contrôles étaient plus rigoureux.

Les gens seraient surpris de savoir que c’est sous Nicolas Sarkozy qu’une enveloppe maintenant annuelle a été débloquée pour permettre aux détenus d’acheter leur Coca-Cola et leur Nutella moins cher. À cette époque où les contrôles étaient plus importants, les objets prohibés rentraient hélas bien souvent par des personnes accédant aux établissements, pas seulement les personnels, mais aussi tous les intervenants extérieurs, et il y en a beaucoup.

Depuis le retour de la gauche c’est un peu « portes ouvertes » comme on dit. Plus de fouilles à la sortie des parloirs, plus de contrôles aux portiques, donc c’est la porte ouverte à toute intrusion d’objets illicites. Comme les familles ne sont pas fouillées aux parloirs, allez discerner un téléphone portable, de la drogue ou tout simplement un kebab ou hamburger sous une burqa. Impossible ! Donc les détenus se débrouillent entre eux et les plus malins mettent la pression à d’autres détenus et aux familles à l’extérieur pour faire rentrer de la came, c’est monnaie courante.

On retrouve régulièrement de l’argent liquide, pour payer les familles et/ou le surveillant.

Par contre ce qui devient inquiétant depuis la suppression des portiques et des fouilles c’est la présence de plus en plus importante de couteaux en céramique. Mais là encore, toutes ces nouvelles mesures sont prises dans le but de faciliter la vie des détenus au détriment de la sécurité des personnels et des établissements, donc de la population.

Concernant les surveillants qui ne feraient pas bien leur travail : tout est relatif puisque comme je vous en fais part précédemment chaque surveillant a sa propre façon de travailler. La direction n’est pas regardante sur la méthode, du moment que le travail est fait, à savoir pas d’agressions, pas de suicides, pas d’évasions c’est tout bon pour elle.

Le but d’une direction d’un établissement pénitentiaire est comme celle d’une direction d’un commissariat, ne pas faire monter les chiffres pour toucher des primes et des enveloppes à la fin de l’année. Les boutiques ne tiennent que grâce aux surveillants, mais certains directeurs connaissant mieux le nom des détenus que de leurs agents…

Il faut vraiment comprendre – et dans notre corps de métier, on dit souvent que l’état du système carcéral est représentatif de l’état actuel du pays – que tout est fait dans le but de ne pas créer de problème . L’état des prisons bretonnes n’a rien à envier à l’état actuel du pays : on se moque du personnel comme on se moque des travailleurs, on encourage les délinquants comme on encourage les gens qui ne font rien.

Breizh-info.com : Quels sont les codes principaux de l’univers carcéral français ? Y a-t-il des gangs à l’américaine ? Des quartiers ethniques ? 

Pierre : On est bien loin de tous les clichés des films américains et pourtant la majorité des gens en France voit notre système carcéral fonctionnant comme le leur.

Un des films représentant le mieux l’univers carcéral français est « Un prophète ». Il n’y a pas de quartiers ethniques. En France, ce sont les quartiers de « tutu » (les histoires de mœurs : viols, attouchements, pédophilie) qui représente le mieux un quartier ethnique ; en effet, la majorité des histoires de pédophilie concernent des Européens.

Pour le reste en France c’est plutôt par quartier que sont mutés les détenus, dans le 78 par exemple il y’a des étages où sont regroupés exclusivement Mantes-la-Jolie, Trappes, Sartrouville, Les Mureaux, etc., etc.

Cela fonctionne également par relation : le détenu veut être avec son cousin, son copain… La direction est aux petits soins avec les détenus , donc ceux-ci changent de cellule comme ils veulent. c’est d’ailleurs plus les détenus qui choisissent leur affectation que le lieutenant qui l’impose. Là encore, on compose pour assurer le calme en détention.

Il n’y a pas de codes spécifiques comme voudraient nous le faire croire certains médias ;  les règles sont les mêmes que dans la rue, ceux qui tiennent le business tiennent les coursives. Alors forcément il y a souvent des règlements de comptes, mais tant que c’est entre détenus qu’ils se battent et pas sur les surveillants, ça nous arrange.

* Pour des raisons évidentes de sécurité il a souhaité garder l’anonymat.

Crédit photos : DR (film « Un prophète »)
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société