Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 02:43

Maome

La foi des chrétiens est un énorme blasphème qui offense les musulmans ! C’est bien ainsi que l’islam s’exprime, en tant que révélation finale par son prophète Mahomet.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour Dreuz.info.

SOURCE

Les chrétiens ont reçu du judaïsme la foi au D.ieu Unique (Monothéisme). C’est ainsi que les disciples juifs du rabbi Jésus ont eu la conviction que D.ieu était pleinement présent dans sa personne et dans le don d’amour qu’il faisait de sa vie.

...

D’où la formulation, dans les Ecrits néotestamentaires, de l’interaction vivante et permanente entre le Père, le Fils et l’Esprit venant actualiser, chez les croyants, cette relation d’amour et de communion qui peut transformer en lumière les réalités les plus sombres.

...

Sans doute, la révélation du Dieu unique présent en Jésus Christ ne se satisfait pas de termes figés et trop limitatifs, et le drame est que le noyau dur de la foi – intégralement hébraïque – a été explicité par la suite avec des expressions tirées de la philosophie grecque, sujettes à rigidification. Les sectes gnostiques et les groupes ésotériques de tout genre s’en sont aussitôt donné à cœur joie et des représentations multiples ont alimenté la controverse.

L’influence prolongée de ces sectes dissidentes des premiers siècles explique en grande partie l’origine de la position intransigeante et agressive de l’islam à la fois face à la paternité spirituelle de D.ieu chère au judaïsme, et à la Trinité du D.ieu Unique exprimée dans le christianisme (tri-unité).

C’est pour cette raison que le coran est rempli de malédictions envers les « associateurs », les chrétiens, ceux qui osent « associer » un être humain à la divinité d’Allah. C’est même la faute la plus grave aux yeux du coran, (le « shirk ») car Allah, muré dans sa transcendance, n’a pas de relation avec les humains, sinon par les injonctions qu’il leur adresse selon son impénétrable et céleste bon vouloir qui couvre le bien autant que le mal.

La première sourate du coran, la fatiha, que les musulmans récitent tant de fois par jour, comporte un verset 7 où il est question de « ceux qui sont sous la colère d’Allah » puis de « ceux qui se sont égarés loin de sa volonté », c’est-à-dire, pour être clair, respectivement les juifs et les chrétiens, selon les commentateurs invariants au cours des siècles.

L’islam est farouchement hostile à la foi trinitaire des chrétiens, comme il est jaloux de l’existence des juifs et de leur historicité; et la prière à Allah exprime cette répulsion dans la fatiha, ce qui en fait aujourd’hui la seule religion universelle qui prie quotidiennement « contre les autres ».

A l’opposé, la foi bien comprise au D.ieu unique « Père, Fils, Esprit » offre des implications dialogales importantes. Cette spiritualité se positionne comme l’ouverture vers l’autre, la valorisation de la relation, l’unité dans la diversité, la dynamique de communion.

Il y a donc là fondamentalement un choc frontal avec l’islam, qui a un sérieux problème avec l’altérité et qui ne conçoit tout mouvement de sa part vers les autres que comme une conquête exclusive et mondiale par la charia. L’islam n’a nul désir de dialogue, et la tolérance n’est pas son objectif, il ne vise qu’à abolir l’existence de ses adversaires. Ses stratégies pour y parvenir sont multiples.

Face à ces visions incompatibles pour la coexistence, la foi chrétienne est imprégnée du projet universaliste mais non contraignant de la Bible ; issue du judaïsme, l’option christique incite à avancer dans la vérité, dans un respect mutuel, mais sans subir passivement les coups de boutoir de l’adversité, et en prenant des responsabilités pour que ce monde devienne plus humain et plus vivable. Berdiaev, théologien orthodoxe russe disait : « notre programme social, c’est la Trinité !».

Ce qui indique qu’il ne s’agit pas là d’un concept ésotérique et abstrait, mais que cela engage, dans toutes ses dimensions, le mystère de l’existence humaine personnelle et collective. C’est la logique du Dieu de l’alliance, commune aux juifs et aux chrétiens, et inconnue de la tradition coranique. Cette conviction interrelationnelle implique de vivre sous un regard bienveillant et inspirateur : celui de Quelqu’un qui est amour, source et fin de notre destinée, et dont les projets sont abondamment mis en lumière par les Saintes Ecritures.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour Dreuz.info.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions