Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 01:34

Les Chrétiens brûlent, le Pape publie une encyclique sur … le réchauffement climatique.
L’indifférence au sort des Chrétiens persécutés à travers le monde a bien été mise en évidence en juin dernier, quand le Pape François a publié sa première encyclique écologique, centrée sur la préservation de la nature.

Certes, il est de notre devoir à nous tous de protéger la planète, notre terre nourricière, mais le Berger des Chrétiens ne devrait-il pas en premier lieu dénoncer le génocide en cours de ses Brebis en terre d’islam  et mentionner l’idéologie responsable de cette atrocité ?

Récemment, il a justement condamné les persécutions des Chrétiens, ces martyrs du XXIe siècle, soumis aux pires sévices, torturés, brûlés vif, décapités, crucifiés, en raison de leur foi, mais sans désigner les coupables de ces crimes.

En tant que Chef de l’Eglise, n’aurait-il pas dû réserver cette encyclique à la persécution des Chrétiens par les Musulmans au Moyen Orient, au Pakistan, au Bangladesh, en Afrique et ailleurs dans le monde, et demander aux nations chrétiennes d’ouvrir un couloir humanitaire, afin d’aider les Chrétiens, en danger de mort, à trouver refuge dans nos pays ?

Au lieu de cela, le Chef de l’Eglise et les membres de sa cour vaticane, bien à l’abri, demandent aux Chrétiens persécutés de ne pas fuir, afin de maintenir une présence chrétienne en ces lieux, aujourd’hui sous la coupe sanguinaire des ennemis du Christ. Vœu insensé, car, vu le rythme des massacres en cours, la présence des Chrétiens en terre d’islam s’éteindra inéluctablement, à moins d’un miracle. En même temps, le Pape appelle l’Italie et l’UE à accueillir les « migrants » à majorité musulmane. N’est-il pas déconcertant, le Pape François ?

Afin de justifier l’accueil inconditionnel de tous les étrangers dans nos pays, les Evêques se basent sur une phrase de la Bible, en y remplaçant, volontairement ou non, le mot « étranger » par celui de « migrant » :

« Vous aimerez l’étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte » Deutéronome 10 :19

Oui, c’est écrit, mais il s’agissait de quelques étrangers, qui arrivés dans une ville, devaient être accueillis et bien traités, jusqu’à leur départ. Rien de comparable à la situation actuelle !

Utiliser ce verset pour justifier l’invasion de nos pays par des millions de migrants, n’est ni judicieux, ni responsable, de la part du Clergé, car cela ne contribuera pas à la création d’une société pacifique, harmonieuse, fraternelle, mais à celle d’une société violente, où régnera un chaos terrifiant. Aider ces migrants dans leur pays d’origine serait beaucoup plus charitable et juste.

Secourir les migrants au détriment des pauvres du pays d’accueil ne peut qu’engendrer un profond sentiment d’injustice et de révolte.

« Repousser ceux qui arrivent par la mer est un acte de guerre » a encore déclaré le Pape François ce 8 août. (Corriere della Sera)

L’acte de guerre est celui mené par les islamistes à l’encontre des minorités chrétiennes. L’acte de guerre est celui de cette invasion de l’Italie par des adeptes de l’idéologie islamique, qui une fois majoritaires, réaliseront leur rêve mahométan : la conquête de Rome.

Si le sort tragique réservé aux Chrétiens en terre d’islam avait été mentionné dans une encyclique, envoyée aux Evêques à travers le monde, ces derniers auraient transmis les idées, exprimées par le Pape dans sa lettre officielle, aux prêtres et églises de leur juridiction, ainsi les pensées du Pape auraient atteint chaque paroissien.

 

Une semaine de prière pour l’Eglise persécutée aurait pu être institutionnalisée

Peut-être, une semaine de prière pour l’Eglise persécutée aurait pu être institutionnalisée, gardant ainsi le sort de ces malheureux Chrétiens sous les feux des projecteurs, permettant de la sorte aux Catholiques occidentaux et autres, de ne pas les oublier, de parler d’eux et sans doute, le plus important, de faire comprendre pourquoi et par qui, ils sont persécutés.

Une fois, la vérité sur la persécution des Chrétiens connue des fidèles, ces derniers pourraient influencer, en premier lieu, leurs responsables politiques, afin qu’ils ne soutiennent plus ces politiques de discrimination envers les Chrétiens, qui aggravent directement les souffrances des minorités chrétiennes au Moyen Orient.

Au lieu de cela, le Pape François a jugé plus important de publier une encyclique sur l’environnement et le changement climatique.

Peu importe les prises de position que l’on puisse avoir sur ces sujets, cela renvoie l’image d’un Pape, – le seul homme au monde, le mieux placé pour parler de la persécution de millions de Chrétiens à travers la planète – plus intéressé à parler des affaires de ce monde, que du sort des Chrétiens en terre d’islam.

Si même le Pape, Chef de l’Eglise catholique, n’a pas fait de l’agression systématique du Christianisme et des Chrétiens une priorité de sa propre encyclique, que pouvons-nous attendre des politiciens occidentaux, majoritairement athées et laïques et séduits par l’islam ?

Les Responsables chrétiens occidentaux sont trop occupés à poursuivre un dialogue chimérique, trompeur, voué à l’échec avec des leaders musulmans, plutôt que de parler des persécutions dont souffrent les Chrétiens en terre d’islam. Ils craignent, que le fait de parler ouvertement, honnêtement des persécutions pourrait nuire au « dialogue », ce dialogue, à sens unique, qui à ce jour n’a sauvé ni la vie des Chrétiens, ni empêché les églises de brûler.

La tiédeur et la bienveillance des discours de certains membres du clergé catholique, de certains pasteurs protestants et évangéliques envers l’islam, afin de ne pas heurter les Musulmans, sont à déplorer. Ils privilégient le dialogue avec les adeptes de la taquiya, dans l’espoir candide de préserver la vie des Chrétiens en Orient, espoir bien chimérique et l’actualité sanglante en terre d’islam le confirme.

Or ces prêtres, ces pasteurs, ont sans doute lu le coran, ils doivent donc savoir que l’islam n’est pas une religion de paix, que l’islam ne s’oppose pas à la violence mais qu’il incite à la violence, car la violence est intrinsèque à l’islam. Seul celui qui n’a jamais lu le coran peut affirmer le contraire.

Chrétiens, Musulmans modérés, Chiites, tous sont frappés par la violence terroriste islamiste.

Ils devraient, le Pape en premier, reconnaître cette connivence entre les écrits coraniques et la violence extrême dont ils sont imprégnés, et non édulcorer le coran, et accuser les islamolucides d’en faire une mauvaise interprétation.

Mais certains préfèrent éviter de dire la vérité sur l’islam :

« Parler des atrocités commises par les militants islamistes extrémistes à l’échelle planétaire pourrait miner les acquis positifs obtenus grâce au dialogue interreligieux avec les pieux Musulmans. » (Robert McManus, Evêque catholique romain de Worcester, Massachusetts, le 8 février 2013)

Et … pendant que les dialogues interconfessionnels amicaux entre prélats de l’Eglise catholique et imams souriants se multiplient en Occident, au Moyen Orient, au Pakistan, au Bangladesh et en Afrique, la liste des victimes chrétiennes des persécutions musulmanes s’allonge sans fin, sans espoir d’une quelconque trêve.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions