Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 01:38
racailles paris

 

Où en est la délinquance à Paris ? Le Figaro a pu accéder aux derniers états statistiques de la police dans la capitale. Non sans mal, car la transparence en la matière se fait de plus en plus relative. Ces chiffres incontestables, en tout cas, sont ceux de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Qui invite à les manier avec prudence, puisque la préfecture de police de Paris, assure qu’ils sont le reflet d’une nouvelle façon de compter liée à la mise en place de nouveaux outils informatiques au sein du ministère de l’Intérieur.

Ce bilan porte sur douze mois, de juillet 2014 à juin 2015, séquence plus pertinente qu’une simple addition semestrielle. Il révèle des proportions, des tendances qui ne sauraient être occultées. Et qui font déjà réagir au sein de l’opposition à Paris ( lire notre interview ci-dessous). Premier constat : les atteintes aux biens et les atteintes aux personnes stagnent à un niveau très élevé. Plus de 35000 agressions intra-muros ont été enregistrées sur cette période, c’est presque 100 par jour !

Dans le détail, on est frappé par la hausse des violences physiques non crapuleuses, que d’aucuns qualifieraient de « gratuites » et qui sont autant d’infractions commises au sein de la famille, à l’école, dans la rue.

Avec plus de 13600 affaires, elles ont augmenté de plus de 13 % en un an. « C’est une tendance lourde qui ne se dément pas et qui traduit le délitement du lien social » , estime Patrice Ribeiro, le secrétaire général du syndicat de policiers Synergie-officiers.

Selon lui, « des altercations qui donnaient lieu autrefois à quelques invectives se finissent aujourd’hui en pugilats ; des mineurs souvent sont en cause, mais pour seule réponse, ils ont droit, la plupart du temps, à une convocation par OPJ reportée à un an, voire dix-huit mois.

Où est la pédagogie de la sanction ? » , interroge-t-il. Même dégradation concernant les atteintes aux dépositaires de l’autorité qui grimpent de plus de 8 %, avec près de 2700 faits signalés par an. « Le non-respect de l’autorité de l’État n’est pas assez sanctionné, regrette-t-on chez Alliance (Syndicat majoritaire de la police). L’outrage à agent n’est plus poursuivi et la rébellion l’est de moins en moins. »

Mais tout n’est pas noir dans le tableau d’une année de délinquance à Paris. Les agressions physiques crapuleuses, par exemple, (celles commises dans le but de voler) accusent une baisse significative (- 15 %), avec une moyenne de 40 faits par jour tout de même. « Il y a peut-être moins de smartphones volés, puisque tout le monde est équipé aujourd’hui, même les voyous, et que les constructeurs ont multiplié les parades techniques pour dissuader les voleurs à l’arraché » , spécule un commissaire d’arrondissement parisien.

Autre bonne nouvelle : les cambriolages d’habitation principale tendent à diminuer (- 6 %) et les vols à la tire, véritable fléau qui entache l’image de la capitale, tendent à baisser légèrement de 2 %. Avec encore plus de 80 plaintes par jour. La police parisienne a du pain sur la planche.

Publié dans le Figaro

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société