Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 01:52

Une trentaine de personnes relogées après les évacuations des campements du nord parisien protestent contre leurs conditions de vie.

Certains sont arrivés début juillet, après les évacuations des campements de migrants du nord de Paris. Cela fait trois mois qu’ils vivent dans ce centre d’hébergement d’urgence situé à deux pas de la place de Clichy, dans le XVIIIe arrondissement. Adam, un Soudanais de 20 ans, en a assez. Comme une trentaine de ses camarades, demandeurs d’asile pour la majorité, il a cessé de boire et de s’alimenter depuis dimanche. «Nos démarches pour avoir le statut de réfugié n’avancent pas, on n’a pas de tickets pour prendre le métro et personne ne nous a donné de cours de français», résume-t-il.

...

Mise à pied
Du côté de la direction du centre, on affirme avoir eu connaissance de cette altercation, mais dans une version quelque peu différente : «Le salarié dit avoir été agressé. On est en train de faire une enquête», affirme Isabelle Talabard-Piot, chef de service. François Morillon, directeur du pôle Urgences d’Aurore, précise : «Si le salarié doit être sanctionné, il le sera. Mais il faut caractériser les faits. Il y a une procédure, des délais à respecter.» La personne mise en cause a toutefois été mise à pied à titre conservatoire ce mardi matin, «ce qui ne préjuge en rien des résultats de l’enquête», prévient Isabelle Talabard-Piot.

La direction du centre d’hébergement de la rue de Saint-Pétersbourg travaille également à la rédaction de lettres individuelles qui seront remises à chaque gréviste de la faim. Objectif : améliorer les conditions d’accueil et favoriser le dialogue avec les occupants. Les cours de français devraient reprendre d’ici peu, une fontaine à eau supplémentaire sera mise en service dans un espace commun et un migrant pourra intégrer prochainement le conseil de vie sociale de l’établissement.

(…)

Face à ces revendications, le responsable d’Aurore, François Morillon, s’avoue désemparé : «Je n’ai pas l’argent pour acheter des titres de transport», a-t-il par exemple lâché lundi soir, lors d’un échange improvisé sur le trottoir avec les grévistes de la faim et leurs soutiens. Une impuissance qui irrite les militants venus en solidarité avec les migrants : «Vous recevez 40 euros par jour pour chaque personne hébergée, et celles-ci disent qu’elles n’ont pas de quoi se déplacer et qu’elles n’ont pas d’accompagnement administratif. A quoi servez-vous ?»

Libération

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société