Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 02:21

La situation autour des migrants à la gare de Budapest est significative d'un autre problème: ils ne veulent pas simplement entrer dans l'Union européenne, ils veulent entrer dans un  pays précis. Alors comment interpréter une telle détermination et une telle organisation. Des soupçons commencent à faire jour ...


 

La saga des migrants de la gare de Budapest continue. Malgré l'autorisation donnée dans un premier temps par les autorités de prendre les trains pour les personnes munies d'un billet valable après avoir été enregistrés comme réfugiés dans un centre prévu à cet effet. Or, ils refusèrent de passer cette procédure. Finalement, la gare a encore été prise d'assaut. Les autorités ont donc cédées et laissées passer la foule, mais les trains furent annulés avec l'Europe pour une durée indéterminée.

 

Et maintenant, reprenons le discours européen, notamment allemand, pour une répartition des migrants dans les divers pays de l'UE. Est-ce réaliste?

 

Pas du tout, à moins de les faire monter dans des trains blindés sous contrôle de l'armée, de les déplacer de force et de les tenir sous étroite surveillance dans le pays de réception. On a déjà vu ça en Europe... En effet, pour ne prendre que l'exemple de ces migrants concrets, ils veulent aller en Allemagne. Et ils crient "Germany", pas "Europa".

 

Par ailleurs, il est quelque peu surprenant de voir autant de gens crier vouloir aller dans le même pays ... D'un autre côté, cela renforce singulièrement la position de l'Allemagne pour imposer sa vision de la politique migratoire européenne. En ce sens, ça tombe bien. Comme ça tombe bien que le conflit dure. Car dès qu'ils seront en Allemagne, il faudra trouver autre chose.

 

Et justement le côté très organisé de ces mouvements migratoires commence à déranger. Une émission intéressante a soulevé la question, le 3 septembre sur Pervyi Kanal, "Vremia pokaget" (On verra avec le temps). E voici la version russe (regarder la deuxième partie de l'émission à partir de 30 minutes et 22 secondes):

 

 

Plusieurs politologues insistent sur le fait du financement de la traversée des "migrants". Le nom dela famille Rothschild est avancé, des associations droits de l'hommistes assurant l'intendance. Il est par ailleurs bien rappelé que cette vague migratoire vient avant tout de la politique belliciste menée par l'Europe et les Etats Unis au Moyen Orient. Ce qui "obligerait" l'Europe à accepter ces migrants: car si les pays européens qui bombardent et destabilisent les pays, refusent en plus les migrants, ils risquent de se retrouver avec une armée à leur porte. 

 

L'on retrouve en ce sens, une publication intéressante de l'économiste M. Deliaguine. Il cite un journal serbe qui soulève un lièvre. Selon le politologue de Skopje, M. Nedelkovsky, 90% des migrants qui arrivent en Macédoine ou en Serbie sont des hommes. Ce qui semble très suspect à l'analyste, puisque ces migrants viennent de pays de culture traditionnelle dans lesquelles il n'est pas de coutume d'abandonner sa famille.

Ce qui aussi pose des problèmes de sécurité, vu le risque terroriste réel venant de ces pays, leur appartenance à l'Etat islamique n'est pas exclue. L'autre problème soulevé par les gardes frontières serbes est que 90% de ces hommes indiquent tous être né le même jour, 1er janvier, de la même année. Or aucun documents d'identité ne peut confirmer leurs dires.

 

Bizarre, vous avez dit bizarre? Il semblerait que nous n'en soyons qu'au début.

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration