Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 02:42

"L’autre France", celle de la fabrique à djihadistes vue par le New Yorker

C'est une enquête choc. Le journaliste américain George Packer a publié une enquête très fournie dans le magazine américain The New Yorker dans son édition du 28 août. Afin de réaliser l'enquête de terrain intitulée "l'Autre France, les banlieues de Paris sont-elles un terreau du terrorisme ?", le journaliste a partagé le quotidien de Fouad Ben Ahmed (39 ans), musulman d'origine algérienne et habitant de Bondy en Seine-Saint-Denis depuis toujours.

Fouad est directeur du service Jeunesse de Bondy et permettra au journaliste du New Yorker d'avoir ses entrées dans des lieux ou il n'aurait jamais espéré pénétrer, comme la Cité "Le Chemin-Vert" ou encore dans la mosquée de Bobigny pour enquêter sur l'islam radical.

 

 

 

Fouad est père de deux enfants, a toujours eu la fibre politique et avait envoyé une lettre "Tous en partie responsables, mais pas coupables" à François Hollande au lendemain des attentats de janvier 2015. Son profil était particulièrement intéressant pour le journaliste qui a également étudié tout le contexte politique français, social et culturel en remontant depuis le début des années 2000 afin de livrer une analyse sans concession.

Le journaliste explique ses sensations lorsqu'il a traversé le périphérique pour la première fois en RER "en 19 minutes" depuis le centre de Paris. Suite aux attentats du 11 janvier beaucoup de clichés circulaient sur les banlieues françaises accusées d'être responsable des attentats. Le journaliste américain a voulu sortir de la vision caricaturale des "No Go Zone" romancée par la chaîne Fox News et a préféré se rendre sur le terrain. Le journaliste a constaté les failles de l'intégration de nos quartiers et décrit une situation pire que dans certains ghettos américains.

Certains habitants comme Badroudine Abdallah, collègue de Mehdi Meklat au Bondy Blog considèrent qu'il y a une véritable "frontière sociale" entre la banlieue et Paris tandis que Fanta Ba, fille d'immigrés sénégalais explique pourquoi habiter Trappes serait un frein pour trouver un emploi. Le journaliste a pu constater la discrimination dont souffraient les habitants notamment avec le cas d'Ahmed qui explique pourquoi il doit porter des costumes sombres pour être pris au sérieux. Le journaliste dresse un bilan politique de l'état d'une France dans laquelle seuls 7 députés sur 577 sont issus de la diversité avec une éducation reproduisant les inégalités.

 

Le journaliste revient sur les polémiques de la décennie 2000, comme le refus du président Nicolas Sarkozy d'inaugurer la Cité de l'Immigration en 2007 ou encore lorsque des jeunes de banlieue criaient 'Vive Ben Laden " lors d'un match France-Algérie en 2001 au stade de France en Seine-Saint-Denis.

La France n'arriverait pas à assumer son histoire coloniale, notamment avec l'Algérie et ne réussirait donc pas a intégrer la troisième génération d'enfants d immigrés.  Selon le journaliste, la France a le plus grand mal à voir la réalité en face comme le montrerait la censure de l'ouvrage l'"Intifada française" d'Andrew Hussey, chercheur britannique à l'Université de Londres. L'universitaire avait expliqué que les émeutes de banlieues de 2006 étaient un avertissement sévère pour la France. Fouad Ben Hamed admet lui-même ne pas connaitre son histoire sachant juste que son grand-père était enrolé dans l'armée française.

Le chercheur n'occulte aucun débat pour son enquête et explique comment le débat en 2004 sur l'interdiction du voile à l'école a été un prémice à la radicalisation de l'islam. Le journaliste s'interroge sur le contexte post-Charlie en France et a recueilli le témoignage d'Hélène Kuhnmunch, professeur d'histoire dans un lycée professionnel de Colombes en banlieue. La professeure explique que certains élèves ont refusé la minute de silence en hommage aux victimes des attentats et se sentaient "braqués" injustement. Lorsque le journaliste se rend à la mosquée de Bobigny,  il entendra "nous sommes tous des salafistes" et découvrira la radicalisation dans la Cité du Chemin-Vert que lui a fait découvrir Ahmed.

Le journaliste constate aussi que certains jeunes de banlieue se sentent mal-aimés par la République et revient sur l'enfance catastrophique des frères Kouachi (d'origine algérienne) et de Coulibaly (d'origine Malienne), auteurs des attentats contre Charlie hebdo et l'Hypercasher en janvier 2015. Le journaliste analyse la radicalisation en prison en reprenant les thèses du sociologue iranien Farhad Khosrokhavar auteur de l'ouvrage de référence "Radicalisations" sorti décembre 2014. Selon l'auteur, 64% des prisonniers en France seraient musulmans mais le sociologue se refuse à évoquer un djihadisme de masse dans les prisons. Le journaliste a étudié les conversions à l'islam avec notamment avec le cas de Stéphane, amoureux de cette religion.

L'enquête en banlieue a mené le journaliste à s'interroger sur le "nouvel antisémitisme des banlieues" né dans les années 2000. Packer revient sur les propos de Coulibaly lors de la prise d'otage de l'Hypercacher et  les amalgames croissant assimilant les juifs français à des colons israéliens. De même le phénomène Dieudonné depuis 2000 pourrait expliquer la naissance d'une concurrence mémorielle entre la traite négrière et la Shoah. Les Juifs seraient selon certains habitants de banlieue une minorité privilégiée et les clichés assimilant les Juifs à l'argent ont pu mener à l'assassinat du jeune juif Ilan Halimi par le gang des Barbares à Bagneux en 2006.

Le journaliste a également interrogé Xavier Nogueras, avocat de 23 djihadistes qui lui a révélé que les départs en Syrie étaient motivés par un idéalisme et une haine de la République française. Le journaliste a également rencontré Sonia Imloul s'occupant de jeunes radicalisés et termine son enquête en expliquant que depuis 2000 la gauche aurait cautionné le "multiculturalisme doux" tandis que la majorité silencieuse du pays se serait droitisée sur la question des banlieues. Fouad Ben Ahmed n'est absolument pas résigné d'être arrivé derrière un candidat frontiste aux dernières élections départementales de mars 2015 à Bobigny mais veut au contraire repartir au combat dans les urnes prochainement.

 
 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/autre-france-celle-fabrique-djihadistes-vue-new-yorker-2302635.html#5bWIjrX1lBbxKsGX.99

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International