Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 02:02
Le ministère de la Justice emploierait 40.000 personnes au noir

e travail au noir, une pratique courante à la Chancellerie. Selon une information de la radio France Inter, un rapport datant de janvier 2014 révèle que plusieurs ministères emploient des personnes sans les déclarer.

 

En tout, le nombre de traducteurs, experts, médiateurs qui travailleraient au noir atteindrait 48 650 personnes, dont 40 500 pour le seul ministère de la Justice. Pour ces collaborateurs occasionnels, les ministères ne paieraient donc pas les charges patronales et les personnes employées en tant que vacataires ne reversent pas la TVA selon la radio, qui publie sur son site le rapport en question.

 

Une régularisation coûterait cher

Un scandale qui n’a rien de nouveau, mais qui pourrait entacher la réputation de l’Etat. Dans le rapport, 14 recommandations sont faites aux ministères concernés pour tenter d’assainir le système. Problème, une éventuelle régularisation de ces travailleurs coûterait cher. Le rapport évalue l’impact de cette solution « dans une fourchette de 26,5 à 46 millions d’euros ». Et cette piste pourrait déplaire aux collaborateurs occasionnels qui perdraient une partie de leur rémunération. Toujours est-il que l’Etat engage sa responsabilité pénale…. et pourrait se faire taper sur les doigts par Bruxelles.

Des plaintes déjà déposées

France Inter révèle également que trente requêtes de traducteurs interprètes, collaborateurs occasionnels des services de police ou de justice, seront ainsi examinées le 3 novembre devant le tribunal des affaires sanitaires et sociales (Tass).

 

Source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société