Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 03:29

Laxisme_StopEXC

Stéphane Montabert

Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens
 

Le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU se tâte: affecté par une petite bouffée de réalité, même lui a fini par admettre qu’il existait une différence entre « réfugiés » et « migrants ».

Le HCR explique que les réfugiés sont des personnes fuyant les conflits ou des persécutions. Ils ont droit à une protection internationale en vertu de la Convention de 1951 sur les réfugiés.

Les migrants ne sont pas directement menacés et choisissent de quitter leur pays principalement pour des raisons économiques, trouver un emploi, une formation, ou des raisons de réunion familiale. A la différence des réfugiés, ils peuvent rentrer chez eux sans encourir de danger. Les lois de chaque pays sur l’immigration s’appliquent dans leur cas.

Sauf en Europe, bien entendu, où les deux flux sont mélangés aux frontières, dans les médias et les esprits dans le but avoué par certains de faire rentrer le plus de monde possible. D’ailleurs, même après cette soudaine saillie de bon sens le HCR – toujours irréprochable – fait volte-face et prétend pouvoir déceler les uns des autres:

Le HCR précise que parmi le grand nombre de personnes qui affluent actuellement vers l’Europe à travers la Méditerranée, il y a des réfugiés et des migrants. Mais la majorité d’entre elles viennent de pays en guerre ou de pays où elles sont persécutées (Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Erythrée) et ont droit à l’asile. Seulement pour une minorité, venue d’ailleurs, il s’agit de migrants.

Une minorité? Examinant la carte des migrations vers l’Europe, pas de doute, nous pouvons conclure que depuis son quartier général genevois le HCR a des yeux sacrément perçants:

roads_to_europe.png
Les chemins vers l’Europe – image Reuters (cliquez pour agrandir)

Mais le HCR est une officine politique et on peut parier que le moindre de ses directeurs n’a jamais vu ce genre de carte. D’ailleurs, même la récente distinction entre « réfugiés » et « migrants économiques » n’a guère de sens: on peut très bien être les deux. Des dizaines de milliers de personnes correspondent à cette description. Mais quitte à définir les deux catégories comme exclusives, alors il faut décider comment classer un individu dans l’une ou l’autre.

Je suggère de quitter la définition spécieuse du pays d’origine ; un réfugié venu de Damas attendant quelques mois à Calais son passage en Angleterre n’est résolument plus en danger de mort. Cette distinction n’est pas qu’une vue de l’esprit ; reconnue dans les traités internationaux, elle est à la base des Accords de Dublin.

La notion de réfugié se ramène donc au danger encouru à l’instant présent dans un pays donné. Munis de ce simple bon sens, la distinction entre réfugiés et migrants coule de source: un réfugié devient simple migrant dès lors qu’il continue à traverser des pays alors qu’il n’est plus en danger de mort.

Un Syrien s’échappant de l’enfer syrien et tentant de rejoindre par exemple l’Allemagne à travers la route des Balkans franchira successivement la Turquie, la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie et l’Autriche pour enfin atteindre son but. Mais dès son entrée en Turquie, il ne sera plus « en danger de mort dans un pays en guerre ».

Partant de là, s’il quitte la Turquie, il perdra sa qualité de « réfugié » pour simplement devenir un « immigré économique » à la recherche de confort matériel.

...

La plupart des civils ne quittent pas leur pays d’origine, comme Ukrainiens ou les Yézidis accrochés à leur montagne de Sinjar. Hormis cela, Les réfugiés de guerre au sens du droit international existent ; les Syriens fuyant au Liban, en Jordanie ou en Turquie, les victimes africaines de Boko Haram cherchant refuge dans d’autres régions du Nigeria ou au Cameroun, et ainsi de suite. C’est là qu’il faut les aider, et soutenir les pays qui les accueillent.

Ceux qui vont plus loin sont à la recherche de confort. Ce sont donc des immigrants économiques. Ils visent un logement gracieusement fourni par l’État, la nourriture, l’habillement, les traitements médicaux, l’école, l’aide sociale, l’assistance juridique et tous ces services ruineux que nos gouvernements socio-démocrates endettés jusqu’à la moelle ne parviennent même plus à fournir à leur propre population dans le besoin.

S’ils ont parfois été témoins d’horreurs authentiques, elles ne constituent pas pour autant un alibi pour violer toutes les lois sur l’immigration des pays qu’ils décident de franchir – à moins de redéfinir jusqu’à la notion même de loi.

La guerre fait naturellement rage sur le plan médiatique, journaux et télévision luttant sans cesse pour présenter ces cohortes d’immigrés sous le jour le plus favorable possible. Les journalistes font de grands efforts pour montrer des images sympathiques d’enfants et de familles. Mais le terrain montre une situation différente – des requérants revendicatifs et pas toujours honnêtes. La plupart des migrants sont des hommes. Dans le camion retrouvé en Hongrie et ses 71 victimes mortes d’asphyxie, il y avait 4 enfants, 8 femmes, et 59 hommes.

S’il n’est pas plaisant de qualifier les migrants économiques d’envahisseurs, la plupart des sens du verbe dans la définition du Larousse semblent pourtant s’appliquer:

  • Entrer en nombre et par la force dans un pays, une région, s’en emparer militairement.
    Les troupes ennemies ont envahi le nord du pays.
  • Pénétrer quelque part en nombre, de manière abusive ou non autorisée ; occuper, faire irruption dans un lieu.
    Les manifestants ont envahi le ministère.
  • Se rendre en très grand nombre dans un lieu.
    L’été, les touristes envahissent le village.
  • S’imposer, atteindre, concerner de nombreux points d’un lieu, de nombreux éléments d’un groupe, gagner un domaine.
    Cette mode a envahi la France.
  • (Familier) Venir chez quelqu’un et l’importuner en occupant une place excessive, abusive, en demandant trop de son temps.
    Elle vient nous envahir tous les dimanches.

Seule le premier sens – celui d’une occupation militaire – ne correspond pas encore complètement à la réalité. Mais lorsque l’Europe aura finalement fermé ses frontières, pensez-vous que les migrants hésiteront à employer la force ?

Tout ceci ne peut évidemment que se terminer très mal – et se terminera très mal.

Stéphane Montabert – Sur le Web et sur Lesobservateurs.ch, le 29 août 2015.

lesobservateurs.ch

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration