Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 19:42
Ukraine: des extrémistes imposent un blocus alimentaire à la Crimée

Des députés de la Rada suprême ont appelé à fermer la frontière entre l'Ukraine et la Crimée pour les véhicules acheminant des denrées alimentaires vers la péninsule. L'appel a été soutenu par les extrémistes de Secteur droit. Les autorités criméennes qualifient cette action de "farce politique".

La Crimée est prête à toute évolution de la situation à sa frontière avec l'Ukraine suite au blocus alimentaire de la péninsule annoncé par les parlementaires ukrainiens, a indiqué à l'agence Sputnik le vice-premier ministre de la Crimée, Mikhaïl Cheremet.

L'intention de bloquer le 20 septembre la frontière entre l'Ukraine et la Crimée avait antérieurement été annoncée par Rafat Tchoubarov et Moustafa Djemilev, députés de la Rada suprême et dirigeants de l'organisation non-inscrite Medjlis des Tatars de Crimée. Le mouvement extrémiste Secteur droit (Pravy Sektor) s'est déclaré prêt à se joindre à l'action.

"La situation à la frontière est pour le moment stable et calme. Nous avons suffisamment de forces et de moyens pour faire face à toute éventualité. Nous n'avons rien à craindre", a déclaré Mikhaïl Cheremet.

Selon lui, les forces de l'ordre de la péninsule sont prêtes à riposter à toute provocation à la frontière avec l'Ukraine. 

Le vice-premier ministre a qualifié le blocus alimentaire de "farce politique" permettant aux habitants de la péninsule de mieux comprendre les véritables intentions de Rafat Tchoubarov et de Moustafa Djemilev qui se prennent pour les "défenseurs des Tatars de Crimée".

En 2014, ces deux hommes politiques s'étaient vus interdire l'entrée dans la péninsule pendant cinq ans en raison d’"incitation à la haine raciale".

 

Source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International