Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 00:58
« La situation que nous vivons est moindre à côté de ce qui nous attend en 2050 »!
Download PDF

Son livre, « Le Camp des saints », paru en 1972, semble aujourd’hui prophétique à certains. Pour lui, il n’est pas de migrants, juste un envahissement.

C’est un homme d’un âge avancé, habillé d’une veste cavalier aux épaulettes vertes, qui s’excuse d’avance pour les mots qu’il ne trouvera pas et pour la mémoire qui lui fera parfois défaut. Il émane de lui une certaine anxiété à l’idée de parler du livre de sa vie. Physiquement, il paraît pourtant solide, debout sur ses deux jambes arquées, petite moustache au garde-à-vous. Avant de nous attabler à la table de son salon, où il a posé par coquetterie, telle une sur-nappe, un petit carré de marin, Jean Raspail tient à nous faire visiter sa bibliothèque qui occupe une pièce de son appartement du 17e arrondissement de Paris. Giono, Modiano, Cau, Camus, Volkoff…  Jean Raspail, qui jouit du titre de consul général de Patagonie, collectionne autant les livres – des centaines, sans compter ceux qui sont à la cave – que les bateaux miniatures et les petits soldats de plomb vendéens. Son livre Le Camp des saints vient d’être traduit en allemand – après une réédition (Robert Laffont) en France en 2011 – et rencontre, selon son auteur, « un bon accueil » outre-Rhin. En parlant d’accueil, nous évoquons avec lui la crise des migrants, la crainte et l’espoir qu’ils inspirent auprès de certains, la genèse de son livre, véritable ouvrage « prophétique » pour une partie de l’extrême droite française… Entretien.

On vous doit Le Camp des saints, un livre paru en 1972 narrant l’arrivée massive de migrants sur les côtes de la Méditerranée que certains, à l’extrême droite, considèrent, plus encore depuis la crise des réfugiés, comme visionnaire… Qu’est-ce que cela vous inspire ?
Jean Raspail : Cette crise des migrants met surtout fin à trente ans d’insultes et de calomnies contre ma personne. J’ai été traité de fasciste pour ce roman considéré comme un livre raciste…

L’êtes-vous, raciste ?
Non, pas du tout ! On ne peut pas avoir voyagé toute sa vie, être membre de la Société des explorateurs français, avoir rencontré je ne sais combien de peuplades en voie de disparition, et être raciste. Cela me paraît difficile. Lors de sa parution en 1972, le livre a énormément choqué, et pour cause. Il y a eu une période, notamment sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, où s’exerçait un véritable terrorisme intellectuel contre les écrivains de droite.

Un « terrorisme intellectuel », déjà ?
Oui. On m’a insulté, traîné dans la boue, puis cela s’est doucement tassé. Car, peu à peu, on s’est mis à vivre la situation que je décris dans ce livre. Un certain nombre d’intellectuels, y compris de gauche, ont reconnu qu’il y avait du vrai dans ce que j’annonçais. Bertrand Poirot-Delpech, qui m’avait descendu dans Le Monde à la sortie du livre, a déclaré dans un article paru dans le même journal, en 1998, que j’avais finalement raison. Maintenant, c’est fini.

Le Camp des saints inspire également le rejet, tout comme l’évocation de votre nom…
Parmi les irréductibles anti-Raspail, il ne reste guère plus que Laurent Joffrin (patron de Libération, NDLR). Lui, il n’y a rien à faire, il continue à me cracher dessus, c’est plus fort que lui. Mais mon ami Denis Tillinac se charge de lui répondre. Je ne suis pas revanchard. Je suis désormais à ma juste place.

Si ce livre n’est pas raciste, comment le qualifieriez-vous ?
C’est un livre étonnant.

Étonnant ?
Ce livre est né étrangement. Avant lui, j’avais écrit des livres de voyages et des romans sans grand succès. J’étais dans le Midi, un jour de 1972, chez une tante de ma femme, près de Saint-Raphaël, à Vallauris. J’avais un bureau avec une vue sur la mer et je me suis dit : « Et s’ils arrivent ? » Ce « ils » n’était d’abord pas défini. Puis j’imaginais que le tiers-monde se précipiterait dans ce pays béni qu’est la France. C’est un livre surprenant. Il a été long à écrire, mais il est venu tout seul. J’arrêtais le soir, je reprenais le lendemain matin sans savoir où j’allais. Il y a une inspiration dans ce livre qui est étrangère à moi-même. Je ne dis pas qu’elle est divine, mais étrange.

Il est une chose que vous n’aviez pas anticipée, c’est le rejet suscité par ce livre dès sa parution…
Quand mon éditeur Robert Laffont, un homme apolitique, a lu le manuscrit, il a été très enthousiasmé et n’a pas trouvé une virgule à changer. D’ailleurs, je n’ai rien changé.

C’est un livre qui aurait été possible aujourd’hui ?
Au départ, Le Camp des saints n’a pas marché. Pendant au moins cinq ou six ans, il a stagné. Il s’est peu vendu. Après trois ans, brusquement, le chiffre des ventes a augmenté. Le succès est venu par le bouche-à-oreille et grâce à la promotion qu’en ont faite des écrivains de droite. Jusqu’au jour où, en 2001, un bateau de réfugiés kurdes s’est échoué à Boulouris, près de Saint-Raphaël, à quelques mètres du bureau où j’ai écrit Le Camp des saints ! Cette affaire a fait un foin terrible dans la région. Du coup, on a reparlé de mon livre et il a touché un large public. C’était le début d’une arrivée maritime de gens d’ailleurs. Je suis un peu honteux, car lorsqu’il y a une vague importante de migrants, on le réimprime. Il est consubstantiel de ce qui se passe.

Est-ce un livre politique ?
Peut-être un peu, oui. Le dernier carré de fidèles et de combattants est composé de patriotes, attachés à l’identité et au terroir. Ils s’insurgent contre la fraternité générale et le métissage…

Vous vous défendez d’être d’extrême droite, mais votre livre à valeur de tract dans certaines mouvances xénophobes. Vous le déplorez ?
Vous parlez de l’extrême de l’extrême droite ! C’est possible que ce livre soit instrumentalisé et il peut y avoir, parfois, des excès de langage. Je n’y peux rien. Par ailleurs, je ne vais pas sur Internet, je ne suis pas entré dans le XXIe siècle, je ne sais donc pas ce qu’on y dit. Personnellement, je suis à droite, et cela ne me gêne pas de le dire. Je suis même de « droite-droite ».

C’est-à-dire ?
Disons plus à droite que Juppé. Je suis d’abord un homme libre, jamais inféodé à un parti. Je patrouille aux lisières.

Vous votez ?
Pas toujours, je suis royaliste. Je vote au dernier tour de la présidentielle. Je ne vote pas à gauche, c’est une certitude.

Avez-vous songé à écrire une suite au Camp des saints ?
Il est certain qu’il y en aura une, mais elle ne sera pas de moi. Est-ce qu’elle arrivera avant le grand bouleversement général ? Je n’en suis pas sûr.

Dans votre livre, vous évoquez le caractère « féroce » des migrants. Or, on constate aujourd’hui que ceux qui arrivent de Syrie ou d’ailleurs n’ont pas le couteau entre les dents…
Ce qui se passe actuellement n’est pas important, c’est anecdotique, car nous n’en sommes qu’au début. En ce moment, tout le monde s’exprime sur le sujet, il y a des milliers de spécialistes de la question des migrants, c’est un chaos de commentaires. Aucun ne se place dans les 35 ans qui viennent. La situation que nous vivons est moindre à côté de ce qui nous attend en 2050. Il y aura 9 milliards d’individus sur terre. L’Afrique est passée de 100 millions à un milliard d’habitants en un siècle, et peut-être le double en 2050. Est-ce que le monde sera vivable ? La surpopulation et les guerres de religion rendront la situation délicate. C’est alors que se produira l’envahissement, qui sera inéluctable. Les migrants viendront en grande partie de l’Afrique, du Moyen-Orient et des confins de l’Asie…

Faut-il combattre le mal à la racine et bombarder les points stratégiques de Daesh, comme vient de le faire la France ?
C’est leur problème, pas le nôtre. Cela ne nous concerne pas. Qu’avons-nous été faire dans cette histoire ? Pourquoi voulons-nous jouer un rôle ? Qu’ils se débrouillent ! Nous nous sommes jadis retirés de ces régions, pourquoi y revenir ?

Et que fait-on lorsque des ordres d’attentat contre la France sont passés depuis la Syrie ?
On bloque. On empêche les entrées sur le territoire français. Les politiques n’ont aucune solution à ce problème. C’est comme la dette, on la refile à nos petits enfants. Il reviendra à nos petits-enfants de gérer ce problème de migration massive.

L’Église catholique n’est pas du tout sur cette longueur d’onde. Elle invite les fidèles à faire preuve de générosité…
J’ai écrit que la charité chrétienne souffrira un peu devant les réponses à apporter face à l’afflux de migrants. Il faudra se durcir le cœur et supprimer en soi toute sorte de compassion. Sinon quoi, nos pays seront submergés.

Refuser l’accueil de tous, y compris des chrétiens d’Orient ?
Éventuellement, car ils sont les plus proches des Occidentaux de par leur religion. C’est pourquoi beaucoup de Français souhaitent les accueillir. La France, ce pays sans aucune croyance religieuse, prouve que le fond de la civilisation occidentale est un fond chrétien. Les gens, même s’ils ne vont plus à la messe et ne pratiquent pas, réagissent selon ce fond chrétien.

Source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS