Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 01:41

Erdogan a obtenu que la Turquie entre de facto dans Schengen en 2017. Un désastre!

Erdogan a obtenu que la Turquie entre de facto dans Schengen en 2017. Un désastre!

!Au moment où le président turc Erdogan, vient inaugurer l’exposition Europalia Turquie et est reçu à Bruxelles, revenons sur l’avancement du dossier « adhésion de la Turquie » pour que le lecteur comprenne bien que les citoyens européens ont été grugés par la Commission européenne. Les citoyens européens ne veulent pas de la Turquie dans l’Europe? Qu’à cela ne tienne, la Commission de Jean-Claude Juncker va nous imposer la Turquie autrement!

La Turquie n’a plus besoin d’entrer dans l’Union Européenne et de devenir le 29e pays de l’Union. Ce n’est en fait plus nécessaire. Une décision incroyable est intervenue en octobre 2013: il s’agit d’un échange. Il fait en sorte que les quelques 80 millions de turcs vont avoir libre parcours en Europe avant 2 ans! Plus besoin de visas. Les turcs (et tous ceux qui se prétendront turcs) seront chez eux en Europe!

Que s’est-il passé? La Commission européenne et quelques chancelleries, en pointe dans le dossier de l’immigration, comme l’Allemagne, la Suède et probablement la Belgique avec le vrai patron des Affaires étrangères Louis Michel pour « ‘seconder » Didier Reynders (MR tous deux) cherchaient désespérément un moyen de renvoyer les très nombreux migrants illégaux « ailleurs ». C’était avant l’invasion massive que nous vivons, mais le passage des migrants illégaux était déjà en croissance rapide, par la mer Egée ou par la frontière greco-turque.

Dans le cadre des négociations d’adhésion (huit chapitres restent gelés), le 1erjanvier 2015 un accord de réadmission des migrants clandestins entrés dans l’UE par la Turquie, a été signé. Le gouvernement turc avait paraphé cet accord en 2012 mais avait suspendu sa signature formelle à un engagement de l’UE à étendre la libre circulation sur son territoire aux citoyens de nationalité turque.

Cet accord, salué comme « historique » en 2013 par le chef de la diplomatie turque de l’époque, Ahmet Davutoglu (islamiste de l’AKP), avait été signé en présence du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan (devenu president depuis), par son ministre turc de l’Intérieur, Muammer Güler, et la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström (Suède – Libérale centriste).

La contrepartie était une capitulation en rase campagne de l’Europe: l’UE s’est engagée à garantir une circulation sans visa aux Turcs dans un délai de trois ans et demi, soit en 2017.

« La porte de l’Europe sans visa va désormais être ouverte », s’était félicité M. Erdogan, assurant que « la Turquie remplira sans faille tous les engagements qui lui incombent à propos de l’accord de réadmission ».

La Turquie a toujours refusé de signer l’un sans l’autre. Associée à l’Europe depuis 1963, membre de l’union douanière depuis 1995, candidate à l’UE depuis 1999, elle considère comme un droit légitime la libre circulation de ses citoyens dans les 26 Etats de l’espace Schengen.

Selon l’accord, la Turquie, aux portes de l’Irak, l’Iran et la Syrie et l’un des principaux points de passage des immigrants candidats à l’Europe, va désormais accepter le « retour » des migrants clandestins expulsés qui avaient rejoint l’UE depuis son territoire.

La Turquie aurait dû de toute façon le faire et l’Europe aurait pu exiger que la Turquie reprenne les gens qui débarquent sur les plages ou forcent les frontières. Nos dirigeants ont préféré accepter les conditions turques sans négocier. Les Turcs reprendront les clandestins qu’on leur livrera. En échange, la Turquie entrera dans 2 ans de fait dans la zone Schengen.

Cela signifie que l’Europe a désormais une frontière avec la Syrie, l’Irak et l’Iran! C’est une trahison par la classe politique, de la population européenne.

L'islamisme de l'AKP, le parti du president Erdogan, est en train de transformer la société turque à grande vitesse!
L’islamisme de l’AKP, le parti du président Erdogan, est en train de transformer la société turque à grande vitesse!

La Turquie est musulmane à 99,99%. Il y a 80 millions de Turcs, une population plus importante et bien plus jeune que celle de tous les pays européens. Les islamistes de l’AKP (le parti au pouvoir) soutiennent l’introduction du voile dans la vie au quotidien, en ce compris à l’université. Aujourd’hui Istanbul où on ne rencontrait quasi jamais de femmes voilées il y a 10 ans, voit des milliers de femmes en noir et en voile circuler jusque dans les artères chic comme Istikdal. Et ce ne sont pas des vieilles femmes! Le reste de la Turquie, bien moins cosmopolite que la capital économique, est en train de se ré-islamiser rapidement. Le fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Ataturk ,doit se retourner dans sa tombe!

La politique européenne et la politique des derniers gouvernements belges sont désastreuses. Il est quasiment trop tard! Sauf à supprimer les accords de Schengen immédiatement.

C.T.

SOURCE

Erdogan a obtenu que la Turquie entre de facto dans Schengen en 2017. Un désastre!
Erdogan a obtenu que la Turquie entre de facto dans Schengen en 2017. Un désastre!

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS