Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 01:02
Hollande

SOURCE

Article publié sur Décider & Entreprendre.

La conférence sociale a donné l’occasion à François Hollande et à ses ministres de tester les nouveaux points Godwin grâce auxquels on peut stigmatiser, influencer ou démonter un adversaire sans jamais argumenter sur le fond.

 

La méthode bien connue consiste, en fait, à cliver autour d’un sujet simple en demandant à chacun de se déterminer selon une logique simple: soit tu es « pour » et tu acceptes tout sans discuter, soit tu discutes et cela signifie que tu es « contre ».

Le point Godwin « démocratie sociale »

C’est probablement Manuel Valls qui a utilisé le dispositif de la façon la plus grotesque en expliquant que ceux qui ne participaient à cette mascarade de conférence sociale tenue hier au palais d’Iéna luttaient en réalité contre la « démocratie sociale ». La manipulation est simple: il y a ceux qui participent à la conférence et la trouvent parfaite – ceux-là aiment la démocratie sociale, et ceux qui la boycottent ou la critiquent – ceux-là sont des ennemis de la démocratie sociale.

A propos de l’absence de la CGT, il a notamment eu cette phrase:

Manuel Valls s’en est pris à ceux qui veulent « saper les fondements de la démocratie sociale », de « différentes manières »« L’une, idéologique, qui dénonce tous les corps intermédiaires (…), met en cause la légitimité même des partenaires sociaux, en général, et des syndicats, en particulier », a-t-il dit, en allusion sans la citer à la droite dont il juge l’approche « fondamentalement dangereuse pour la cohésion sociale ». L’autre, a-t-il poursuivi en faisant allusion – toujours sans la nommer – à la CGT, « plus insidieuse, mais tout aussi puissante, c’est lorsque l’on s’enferme dans les postures ».

Sarkozy et Martinez, même combat! c’est bien connu.

Le point Godwin « modèle social »

Le matin, François Hollande avait donné une version plus douce de la même logique manichéenne en taxant tous les opposants d’ennemis du modèle social français.

« Le dialogue social n’est pas une formalité, mais une condition du progrès », insiste-t-il. « L’alternative, c’est la réforme ou la rupture. La rénovation du modèle social ou sa disparition »

Rénover le modèle social signifie bien entendu participer à la conférence sociale et se livrer à ces étranges simagrées qui ne sont d’ailleurs pas sans rappeler la Charte du Travail du Vichy – une grand-messe où l’Etat et les partenaires sociaux se rassemblent pour se congratuler sur leurs points d’accord, même lorsqu’ils sont ridiculement petits et à côté des problèmes.

Le point Godwin « Front National »

Laurent Berger, de la CFDT, a donné la version la plus « cash » de la logique godwinienne en accusant, de façon à peine voilée, la CGT de faire le jeu du Front National. Il a notamment livré un Tweet où il affirmait:

Qd ceux qui devraient apporter des solutions préfèrent souffler sur les braises d’une colère sociale légitime, c’est l’extrémisme qui gagne

Encore un effort, et toute critique contre le gouvernement, tout refus de se joindre au concert des voix consonantes sur le n’importe quoi ambiant exposera à l’accusation comminatoire du: « Vous faites le jeu du Front National ».

Le point Godwin antisyndical

Myriam El-Khomri, l’inconsistante ministre du Travail, a pour sa part donné une version différente du nouveau manichéisme étatique en accusant la CGT de faire le jeu de ceux qui veulent faire disparaître les syndicats.

« Ne pas venir, pour moi, c’est une posture et c’est faire le jeu de ceux qui ne croient pas au dialogue social et au rôle des syndicats »

C’est en quelque sorte la ligne gentille de la doctrine Godwin qui émerge aujourd’hui: les syndicats qui refusent de jouer le jeu sont les alliés objectifs des ennemis des syndicats.

Une diabolisation au-dessus du vide

Sur le fond, les reproches adressés à la CGT (et à FO) ne manquent pas de surprendre, car le premier motif avancé par la CGT pour justifier son absence consistait à dénoncer une « grand-messe d’experts patronaux » destinée « uniquement » à servir « la communication » du gouvernement. On pense ce que l’on veut de la CGT (y compris beaucoup de mal), mais, dans le cas de la conférence sociale de lundi, les raisons de la CGT sont compréhensibles et n’ont rien à avoir avec un soutien implicite ou explicite à l’extrême droite ou autres balivernes.

De fait, alors que le pays compte 3 millions de chômeurs, que la croissance ne repart pas, que la gouvernance démocratique est en pleine crise, ces cérémonies doucereuses où chaque composante du paysage social s’entend intimer l’ordre d’adhérer à un consensus mou et protecteur ne peuvent qu’être mal vécues par les citoyens. La lecture de la presse de mardi montre d’ailleurs comment la concert de louanges imposées au palais d’Iéna constitue une erreur de communication.

Alors que l’opinion publique attend des signes concrets de la part des gouvernants sur les souffrances, les angoisses et les difficultés, le pouvoir politique cherche à enfermer les « corps intermédiaires » dans une sorte d’antienne où l’on se répète, à la mode Coué, que tout va bien. Pour le coup, il n’est pas sûr que l’exorcisme collectif tenté par François Hollande au palais d’Iéna ne soit pas le premier facteur de danger pour la démocratie.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique