Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 20:28

"Ce livre est un cri d'alarme", écrit Serge Michailof, chercheur à l'Iris dans son ouvrage "Africanistan, l'Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ?" (Ed. Fayard, octobre 2015). Le titre est provocateur à dessein. Le contenu est inquiétant. 

Bien documenté, chiffres à l'appui, le spécialiste s'inscrit en faux sur l'idée, largement répandue, selon laquelle l'Afrique est un nouvel eldorado économique. Certes, admet-il, le continent a connu un essor considérable en matière d'infrastructures, de développement des nouvelles technologies et des secteurs 

financiers.

Des classes moyennes ont émergé, le niveau de vie s'est amélioré... Mais pas partout. Des régions ont été exclues et sont touchées par des cycles de violences extrêmes qui déstabiliseront les zones les plus prospères. Par ricochet, l'Europe pourrait être confrontée à des vagues de réfugiés encore plus importantes que celles issues des guerres en Syrie et en Irak. 

Après avoir travaillé près de 50 ans en Afrique, où il a vécu 15 ans, Serge Michailof, ancien directeur de la Banque mondiale, ex-directeur des opérations pour l'Agence française du développement, se veut lanceur d'alerte. "L'Obs" l'a interrogé. 

Le titre et certains passages de votre livre, sur l'arrivée massive de réfugiés que la France ne pourra pas assimiler, peuvent être récupérés par l'extrême droite ou la droite dure. Ca ne vous gêne pas ?

- Si, j'ai eu un véritable examen de conscience sur le choix du titre et l'angoisse de me faire récupérer par l'extrême droite. J'ai fait relire mon dernier chapitre sur les migrations à des amis africains ou d'extrême gauche avant de donner le bon à tirer. Mais il est temps de taper du poing sur la table.

 

"Africanistan" est une contraction de Afrique et Afghanistan. Vous comparez la situation actuelle de l'Afrique subsaharienne, notamment du Sahel, à celle qui a prévalu en Afghanistan. Quelles sont les similitudes ?

- Les pays du Sahel ne sont pas l'Afghanistan : ils n'ont pas traversé 35 ans de guerre incessante, les groupes sociaux en opposition historique avec les autorités sont largement minoritaires, certaines de leurs institutions (mais pas toutes) sont plus solides qu'en Afghanistan.

 

Mais le fond du problème, à savoir : une démographie hors de contrôle ; une agriculture largement en panne ; l'absence de perspectives en termes d'emplois ; la perte d'espoir des jeunes ; la faiblesse de l'appareil d'Etat, contrôlé par des groupes qui se disputent des rentes au détriment de toute recherche d'efficacité ; l'influence d'une vague islamique radicale inspirée du wahhabisme ; la circulation des armes ; des zones de repli quasi inexpugnables pour les djihadistes... Tout ceci fait qu'on ne peut pas ignorer le parallèle afghan.

 

Qu'entendez-vous par "une démographie hors de contrôle" ?

- La démographie a largement contribué au naufrage de l'Afghanistan. Dans les deux cas, les taux de croissance de la population sont supérieurs à 3%, atteignant 4% pour le Niger, et ils progressent !

Le cas du Niger, au cœur du Sahel, est caractéristique : sa population était de 3 millions à l'indépendance [en 1960, NDLR], elle approche les 20 millions et dépassera les 40 millions en 2035, quoi qu'on fasse. Si la fécondité reste au niveau qu'elle a connu depuis 30 ans, elle atteindra 89 millions en 2050. Et ce, dans un pays où 8% de la superficie seulement se prête à l'agriculture. A eux seuls, le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Tchad vont passer de 67 millions à plus de 200 millions d'ici 2050.

Or cette situation démographique se conjugue avec une stagnation de l'agriculture faute de politiques adaptées, conduisant souvent à des crises environnementales et alimentaires chroniques, parfois à des crises malthusiennes localisées. Comme l'industrie est également en panne, il ne peut qu'y avoir un chômage et un sous-emploi de masse. 

...

Vous dites que si on ne fait rien, le contrecoup en Europe sera plus terrible que celui provoqué par les guerres en Syrie et en Irak...

- La Syrie et l'Irak sont de petits pays en termes de population dont les habitants ne parlent pas français. Dans 20 ans, si le cœur du Sahel francophone n'a pas trouvé la voie d'un développement inclusif qui crée des emplois à la hauteur des besoins - ce qui semble encore possible -, nous risquons d'être confrontés à l'implosion sécuritaire d'une région regroupant, au bas mot, 200 millions d'habitants.

Beaucoup se retrouveront dans les villes de la côte africaine et au Maghreb. Et ceux qui n'y trouveront pas d'emplois prendront naturellement le chemin de la France.

 

...

Savez-vous combien la France, qui affiche 10 milliards annuels d'aide publique au développement, consacre de façon bilatérale au développement rural des cinq principaux pays sahéliens ? Environ 22 millions par an. De qui se moque-t-on ?

 

Cela fait des années que des spécialistes, comme vous, tirent la sonnette d'alarme. Pourquoi ne vous écoute-t-on pas ? 

- Il y a partout un mur entre chercheurs, universitaires et politiques. Regardez Obama sur l'Afghanistan. Je crois connaître les meilleurs spécialistes américains sur ce pays. Ils n'ont jamais été consultés. Obama a surtout écouté ses communicants. Plus jeune, j'ai fait du cabinet : l'horizon politique est souvent d'une semaine et ne va jamais au-delà de la prochaine élection. Moi je mets en garde contre des phénomènes qui s'inscriront dans le temps long : 5 à 10 ans. Il y a toujours d'autres urgences. 

 

Propos recueillis par Sarah Diffalah 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS