Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 19:58

SOURCE  L’un des kamikazes responsables des attaques terroristes qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés vendredi soir à Paris a été identifié grâce à l’empreinte d’un doigt sectionné trouvé auBataclan. Il s’agit d’Ismaël Omar Mostefaï.

Ce Français est, pour le moment, le seul assaillant « formellement identifié », a annoncé le procureur de la République, François Molins, lors d’une conférence de presse.

Agé de 29 ans – il aurait eu 30 ans le 21 novembre -, le kamikaze était originaire de Courcouronnes, dans l’Essonne. Il avait deux frères et deux soeurs.

Fiche S pour radicalisation

Connu comme petit délinquant de droit commun, Ismaël Omar Mostefaï a aussi fait l’objet d’une « fiche S » pour radicalisation en 2010 mais « n’a jamais été impliqué dans un dossier de filière ou d’association de malfaiteurs terroriste », a précisé François Molins.

Ce Français né le 21 novembre 1985 à Courcouronnes, dans l’Essonne en banlieue parisienne, n’est connu de la justice que pour des petits délits. En tout, son casier judiciaire fait mention de huit condamnations entre 2004 et 2010, sans aucune incarcération. En 2010, le kamikaze avait fait l’objet d’une fiche S, pour radicalisation mais n’avait toutefois « jamais été impliqué dans un dossier de filière ou d’association de malfaiteurs terroriste », a souligné le procureur.

Ce jeune père de famille a résidé à Chartres, dans le quartier de la Madeleine, au moins jusqu’en 2012. Selon une source proche de l’enquête, il fréquentait assidument la mosquée de Lucé, dans la banlieue de Chartres. Dimanche, le président de la mosquée de Lucé a fait part de sa stupéfaction. « On est là depuis 2013 (…), je ne le connais pas », a indiqué Abdallah Benali à l’AFP. « Les individus qui ne respectent pas le règlement intérieur, qui ont un comportement un peu bizarre on les met dehors et on signale ça aux autorités », a-t-il ajouté. D’après les informations de Dominique Rizet, consultant police-justice BFMTV, c’est dans cette mosquée qu’il aurait rencontré un islamiste radical venu de Belgique.

Un possible séjour en Syrie

Dans son parcours de radicalisation, le kamikaze français se serait rendu en Turquie en 2013. Les enquêteurs cherchent à savoir s’il a pu séjourner en Syrie. C’est la piste qu’essaient de confirmer les enquêteurs. Ce samedi, son père et son frère ont été placés en garde à vue et leurs domiciles, à Romilly-sur-Seine, dans l’Aube, pour le premier et à Bondoufle, dans l’Essonne, pour le second, ont été perquisitionnés.

Son frère, âgé de 34 ans, s’est présenté de lui-même aux forces de l’ordre, assurant être en froid avec son frère depuis des années à cause d’un différend familial. En tout, sept de ses proches ont été placés en garde à vue. Les enquêteurs cherchent également à identifier les autres kamikazes et étudient une piste belge. La voiture qui a servi aux assaillants du Bataclan avait été louée en Belgique par un Français interpellé. Un autre homme a par ailleurs été arrêté en Belgique.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS