Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 01:27

La Mecque

La question d'une guerre communautaire à échelle régionale entre sunnites et chiites est une question que se posent certains observateurs. Depuis le renversement de Saddam Hussein par les Américains en 2003, l'Irak est divisé : la communauté chiite majoritaire, écrasée sous le régime du dictateur sunnite, a pris les rênes du pouvoir, au détriment de la minorité sunnite jusque-là en position dominante.

Au Liban, une coalition chiite réclame, avec le soutien de Téhéran et de Damas, la démission du Premier ministre sunnite Fouad Siniora. Evénements sans lien ou début d'un affrontement global entre chiites et sunnites dans tout le Moyen-Orient ? Est-il vraiment pertinent d'analyser la situation du Moyen-Orient à travers le prisme communautaire ?

 

La peur d'un arc chiite : la construction d'un arc "arabo-sunnite"

La Mecque
 
La Mecque, Arabie Saoudite Photo © DR
 

Il y a quelques mois, le roi Abdallah de Jordanie a évoqué l'émergence d'un "arc chiite" allant du Liban à l'Iran, en passant par l'Irak. La résistance du Hezbollah (chiite) à l'armée israélienne, lors de la guerre Israël/Liban de l'été 2006, a suscité admiration et enthousiasme dans de nombreux pays du Moyen-Orient, y compris dans des pays à majorité sunnite.

Certains Etats musulmans sunnites se sont rassemblés contre ce qu'ils perçoivent comme une menace chiite régionale. 
Sur un plan politique et diplomatique, l'Arabie saoudite, l'Egypte et la Jordanie ont ainsi constitué un "triangle arabo-sunnite" pour contrer ce qu'ils perçoivent comme une influence iranienne grandissante, relayée par l'impact des idées du Hezbollah auprès des opinions publiques de ces trois pays. 

Cependant, bien que cette menace soit aujourd'hui sérieusement prise en compte, l'idée de solidarités entre sunnnites ou entre chiites transcendant les frontières dans tout le Moyen-Orient semble pour le moins simplificatrice et oublie les spécificités des conflits actuels dans ces différents pays. Tous les chiites ne sont pas nécessairement pro-iraniens.

 

Iran : l'amalgame politique-religion

En Iran, il est difficile d'analyser la situation politique sans se référer à l'appartenance religieuse. En effet, l'un et l'autre sont inextricablement liés dans ce pays où le chiisme est religion d'Etat depuis 1979. Après la révolution islamique, les religieux chiites ont accédé au pouvoir politique.
Une situation qui a bouleversé la donne géopolitique dans la région : la politique étrangère de l'Iran, empreinte de "pan chiisme" a engendré la création de mouvements radicaux bénéficiant de son soutien direct : Nasr, puis Wahdat en Afghanistan, les mouvements Amal et Hezbollah au Liban, le Conseil de la révolution islamique en Irak… 
L'Iran entend ainsi devenir un acteur majeur du Moyen-Orient, en fédérant un front anti-occidental chiite : un activisme qui effraie Washington, qui considère l'Iran comme un "état voyou", mais aussi certains Etats arabes sunnites, au premier rang desquels on trouve l'Arabie Saoudite.

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS