Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 01:08

source   Les forces de sécurité chinoises ont liquidé 28 terroristes islamistes dans le Xinjiang (sur la photo ci-dessus : des "opprimés" fidèles à l'Etat islamique...). Cette région, principalement peuplée de musulmans ouïgours turcophones soutenus par le régime islamique turc, est de plus en plus souvent le théâtre d'attentats terroristes. Les forces de sécurité chinoises annoncent qu’elles ont liquidé 28 terroristes islamistes au terme d'une opération de 56 jours engagée après un épisode de violence ouïgoure qui avait fait en septembre une quinzaine de morts.

La chasse à l'homme visait le groupe terroriste qui avait pris pour cible, le 18 septembre, une mine de charbon de la région d'Aksu, près du district de Baicheng. Une embuscade, tendue au petit matin contre des forces de police, avait ce jour-là provoqué la mort de seize personnes, dont cinq policiers.

Le Xinjiang, immense territoire chinois frontalier des Etats musulmans d'Asie centrale, est le théâtre de fortes tensions entre Hans, ethnie chinoise, et Ouïghours, musulmans turcophones constituant la principale ethnie de la région.

Le Xinjiang a connu ces dernières années une recrudescence de troubles meurtriers, perpétrés par des terroristes islamistes soutenus par le régime islamiste du président autocrate turc Erdogan qui du reste soutient également l’Etat Islamique (EI) qui compte des mercenaires ouïgours dans ses rangs (j’en ai fait la démonstration, preuves à l’appui, sur ce site).

La Chine avait annoncé, en mai dernier, avoir démantelé 181 cellules terroristes dans le Xinjiang depuis le début d'une campagne anti-terreur baptisée « frapper fort », lancée un an auparavant, soit en mai 2014, suite à l’attentat à l’explosif qui avait ensanglanté Urumqi, la capitale régionale.

Michel Garroté, 20 novembre 2015

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS