Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 18:33

 

01/11/2015

Dans une vidéo, le chef de service météo de France 2 a mis en scène l’ouverture d’une lettre où il apprendrait son éviction définitive de la chaîne, suite à la parution de son livre polémique.

Générique de fin pour Philippe Verdier. La pétition lancée sur Internet, ainsi que l’appui de plusieurs députés Républicains, n’ont pas eu l’effet espéré.

Le chef du service météo de France 2, écarté de l’antenne pour ses remises en cause des conséquences du réchauffement climatique, a diffusé, samedi soir, une vidéo affirmant qu’il a été licencié par la chaîne publique. Cette vidéo, où Philippe Verdier se met en scène, s’exprimant face caméra, a été publiée sur Dailymotion par les éditions de son livre polémique Climat investigation, les éditions Ring.


Philippe Verdier ouvre sa lettre de… par Editions_Ring

source

15/10/2015

Durant quelques secondes, celui-ci se présente puis explique avoir reçu une lettre de la direction de France Télévisions. Il procède alors à l’ouverture de ce courrier, qui fait suite à une convocation par la direction des ressources humaines de la chaîne pour entamer une procédure de licenciement. Philippe Verdier explique vouloir ouvrir cette lettre avec le téléspectateur, «au nom de la liberté d’expression et de la liberté de l’information». Alors qu’il lit la missive, annonçant vraisemblablement son licenciement, l’image se fige. Un texte indique alors sur l’écran que Philippe Verdier a été «licencié un mois avant la COP21», la conférence sur le climat qui s’ouvrira à Paris en décembre. [...]

 

source 

Le Monde

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS