Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 01:43

GettyImages-89198541_0

source La Chronique des matières premières sur RFI fait état d'un intense trafic de coton syrien, vendu à la Turquie par l'Etat islamique qui a besoin de liquidités express.
C'est ainsi que l'Etat islamique se met dans la poche 15 millions de dollars de coton volé aux Syriens en 15 jours, à ajouter aux 30 millions de dollars que le pétrole vendu aux Turcs rapporte aux terroristes islamiques dans le même laps de temps. L'Etat islamique, qui étend ses tentacules chaque jour un peu plus loin, et la Turquie, dont l'UE vient de reprendre les négociations pour la faire entrer dans l'Union européenne alors qu'elle soutient ouvertement l'Etat islamique.

"La Turquie achète actuellement des quantités record de coton syrien à l’organisation Etat islamique : 25 000 tonnes ont été écoulées par les jihadistes en quinze jours, de source proche du négoce de la fibre. A raison de 25 tonnes par camion, c'est un défilé impressionnant qui a passé la frontière en deux semaines, au niveau de Kilis, en Turquie, un millier de camions de coton-graine. Seule une petite centaine de camions de coton serait bloquée côté turc, en attente de documents, ou tout simplement en attente de paiement.

La Turquie a la deuxième industrie textile au monde après la Chine, elle consomme 1 million 400 000 tonnes de coton par an, la livraison des jihadistes, qui écoulent en Turquie la récolte du nord de la Syrie, ne représente pas moins de 2% des besoins annuels turcs, assurés en quelques jours.

On le voit, les autorités d’Ankara continuent de jouer double jeu. Elles ont beau afficher leur détermination à lutter contre l’organisation EI, elles continuent de fermer totalement les yeux sur cette contrebande transfrontalière, qui finance les jihadistes et qui arrange bien les affaires des industriels turcs, et notamment les entreprises de Gaziantep, l'un des plus grands centre textiles de Turquie."[...]

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS