Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 01:24
Coran

SOURCE  EXCLUSIF MAGAZINE – À l’occasion de la série « Jésus et l’islam » sur Arte, deux islamologues, Marie-Thérèse Urvoy et le Père François Jourdan, nous éclairent sur les supposés points communs qu’il y aurait entre islam et christianisme.

Jésus est-Il vraiment cité dans le Coran, comme le laisse entendre le titre de cette série télévisée, et que représente-t-Il pour les musulmans ?

Marie-Thérèse Urvoy – Pour les musulmans, ‘Isa, qu’ils présentent comme étant le Jésus de la Bible, est un prophète. Ils estiment que les chrétiens doivent reconnaître leur prophète Mahomet, tout comme eux reconnaissent Jésus comme prophète. Dans l’eschatologie coranique, tous les prophètes seront présents le jour du Jugement pour intercéder en faveur de la communauté qui leur sera restée fidèle. Mahomet s’occupera de la umma (la communauté islamique) et Jésus, qu’ils considèrent comme musulman, viendra reprocher aux chrétiens de L’avoir adoré ainsi que sa mère et Allah.

Père François Jourdan – Jésus est cité vingt-cinq fois dans le Coran, mais Il porte le nom ‘Isa. Or, pour les chrétiens arabes, Jésus se dit Yasû‘, qui est la version arabe de Yechû‘, diminutif de Josué dans la Bible. Ce n’est pas innocent, car en hébreu Yechû‘ veut dire « Dieu sauve ».
Or Dieu n’est pas sauveur dans le Coran. En réalité, cela correspond à tout autre chose. C’est Jésus, mais ce n’est pas Jésus.

D’accord, le Jésus du Coran est fils de Marie, Il est né de manière miraculeuse, Il fait des miracles, ce que Mahomet n’a jamais fait d’ailleurs. Mais cela ne Lui donne aucune supériorité. ‘Isa est un prophète, bon musulman reconnu – avec ses disciples – comme un ami de la pauvreté.
Les musulmans l’appellent « al masîh », mais cela ne revêt pas la même signification que pour nous. Il n’y a pas de messianisme dans le Coran. Il n’est pas mort sur la croix, Il n’est pas ressuscité et Il est monté au ciel élevé par Dieu pour éviter les persécutions.
Du coup, que reste-t-il de notre Jésus à nous ? Pas grand-chose !

Vous confirmez donc ce que dit le documentaire : le Jésus du Coran n’a pas été crucifié ?

F. J. – Pour les musulmans, il est impossible qu’un prophète échoue de manière aussi lamentable sur la croix, parce que Dieu ne peut-être que victorieux.

Les évangiles apocryphes expliquaient déjà que quelqu’un a bien été crucifié, mais que ce n’est pas Jésus. Certains disent que c’est Simon de Cyrène, d’autres, Judas.

Dans les commentaires du Coran, Judas, arrivant avec une cohorte de soldats le Jeudi saint, prend le visage de Jésus, qui est emmené au Ciel par l’ange Gabriel. C’est une sorte de happy end à l’américaine : le méchant est puni et le bon s’en sort bien !

Qu’en est-il d’Abraham, cité par certains spécialistes comme étant le point commun entre les trois monothéismes ?

M.-T. U. – L’Abraham du Coran n’est pas celui des juifs et des chrétiens. Pour les juifs, c’est l’homme de l’obéissance et de la fidélité à Dieu, l’homme de l’Alliance.

Pour les chrétiens, c’est un modèle de morale, de dévouement à son Créateur.

Pour les musulmans c’est, d’une part, celui qui combat les idoles et défend le monothéisme originel, et d’autre part, l’ancêtre généalogique de Mahomet. Il a construit la Kaaba avec Ismaël.

F. J. – Ibrahim du Coran est un bon exemple de musulman.

Il accepte de sacrifier son fils Ismaël (et non pas Isaac), dont ils croient que descendent tous les Arabes. Cela n’est pas innocent. En se rattachant à Ibrahim par Ismaël, les musulmans court-circuitent la descendance de la Bible falsifiée avec Isaac, Jacob…

Il est également fait état de ce que la Vierge Marie, Mère de Jésus, apparaît plus souvent dans le Coran que dans les Évangiles. A-t-elle dans l’islam une place particulière ?

F. J. – Il existe une ambiguïté autour du personnage de Marie dans le Coran.

Certains versets disent qu’elle est la sœur de Moïse et Aaron, d’autres qu’elle est leur descendante, d’autres encore qu’elle est la fille de ‘Imrân (le père du Mûsâ, Moïse, et de son frère Harûn, Aaron).

En tout cas, elle est la mère de Jésus sans avoir eu de contact avec un homme, mais il n’y a pas de « Fiat ». Elle a une vocation particulière, car il est dit qu’elle est au-dessus des femmes du monde, mais c’est une expression qui ne reçoit aucune explication.

Le Coran insiste pour désigner Jésus comme étant le « fils de Marie » : c’est pour souligner qu’il n’est pas le « fils de Dieu ».

[…] SOURCE

famillechretienne.fr

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS