Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 19:55

12359932_10206550572736822_5216844884507993917_n

La presse d’état a évoqué “200 manifestants” : ils étaient 120, au maximum

SOURCE  BREIZATAO – NEVEZINTIOU (21/12/2015) L’extrême-gauche a péniblement amassé 120 personnes samedi 19 décembre dans les rues de Pontivy, refusant de répondre positivement à l’interdiction prononcée par les autorités préfectorales. Plutôt que de faire respecter sa propre interdiction, le préfet a donné l’ordre à la police d’encadrer la manifestation interdite qui dénonçait “l’état policier”.

La cour des miracles

Malgré les efforts de la presse d’état acquise aux marginaux évoluant dans le sillage de l’extrême-gauche, ce sont à peine 120 individus qui ont pris par à la manifestation interdite. Le risque de voir les autorités préfectorales appliquer leur propre décision était si maigre que l’ancienne tête de liste de EELV lors des dernières régionales, René Louail (63 ans) figurait parmi les participants.

Le cortège était composé de marginaux, de SDFs connus des services de police, de drogués mais aussi de personnes passablement alcoolisées. La mouvance anarcho-nihiliste était représentée par “Alternative Libertaire”, un rassemblement fantomatique d’éléments asociaux parfaitement connus des autorités.

Le long du cortège, les canettes de bière jonchaient le sol tandis que quelques  individus déguisés en africains s’agitaient au sein du petit groupe.

La population, présente en masse au marché de Noël, n’a témoigné d’aucun intérêt pour l’initiative de l’extrême-gauche. La défiance à l’égard des marginaux était la règle.

Des individus proches de la nébuleuse anarcho-communiste ont plus tard été aperçus en centre-ville, invectivant les passants dans un état d’ébriété avancé.

Manifestation contre “l’état policier” protégée par la police

La police aura donc protégé une manifestation interdite qui avait pour objet la dénonciation de “l’état policier”. Cet épisode tragi-comique d’une extrême-gauche solidement défendue par les forces de l’ordre résume le naufrage de cette nébuleuse groupusculaire, sans enracinement populaire ni cohérence idéologique.

La crédibilité de la préfecture du Morbihan est quant à elle largement entamée. Après avoir cherché dans un premier temps à se concilier les marginaux afin qu’ils reportent leur manifestation, le préfet Thomas Degos l’avait finalement interdite sur demande de la municipalité, des commerçants et de la population. Mais cette annonce n’était que de pure forme.

Complaisant politiquement, faible et erratique en pratique, le préfet Thomas Degos ressort fragilisé de cette séquence. Recherchant les sympathies de l’extrême-gauche avec laquelle il partage une même conception immigrationniste – sa politique d’implantation de migrants musulmans le démontre – l’intéressé n’a cédé aux exigences de la population que de mauvaise grâce. Et, comme on l’a vu, n’a pris aucune mesure visant à faire appliquer les décisions annoncées.

Par chance, les opposants avaient annulé leur contre-manifestation, y voyant d’après “un signe d’apaisement”. L’impuissance des autorités en charge de la sécurité publique démontre que la parole de ces dernières en la matière est démonétisée.

Ce qui augure de confrontations violentes à l’avenir tant il est certain que les provocations de l’extrême-gauche rencontreront une opposition déterminée.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS