Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 00:48

SOURCE   Isabelle Kersimon est journaliste. Elle a coécrit, avec Jean-Christophe Moreau, Islamophobie: la contre-enquête (Plein Jour, 288p, 19€, octobre 2014).

Ancienne vice-présidente du MoDem Val-d'Oise, Laurence Marchand-Taillade est secrétaire nationale du PRG en charge des libertés individuelles et des droits nouveaux et présidente de l'Observatoire de la Laïcité du Val d'Oise.


Isabelle KERSIMON. - Jaurès écrivait dans son Discours à la jeunesse que le courage «c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho (…) aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques».

Constatant que votre département a été le plus touché, en Île-de-France, par les perquisitions, les arrestations et les mises sous contrôle judiciaire, vous vous êtes décidée à parler. Revenons d'abord sur l'affaire du Salon musulman de Pontoise.

Laurence MARCHAND-TAILLADE. - L'affaire commence avec la parution de votre article le 10 septembre. C'est en le découvrant que j'ai appris la tenue de ce salon et découvert la liste des invités. L'Observatoire n'intervient que lorsqu'il est saisi par des personnes locales, élus ou habitants. Personne n'était venu nous signaler le problème.

Dans la nuit, j'ai consulté les membres du bureau. Le lendemain matin, nous avons saisi le préfet pour interdire la tribune aux imams salafistes. Pas de réponse. Les pouvoirs publics avaient néanmoins conscience du danger, car ils ont dépêché un agent des renseignements généraux pour assurer ma protection. Je suis allée dès le samedi au salon.

J'étais la seule femme à n'être pas voilée et j'ai provoqué un mini-scandale en m'asseyant du côté des hommes dans la salle, ce qui m'a valu des remontrances de la part des responsables de l'événement. Nous avions organisé une manifestation pour le second jour, le dimanche, à l'heure où intervenait l'imam qui nous semblait le plus dangereux. J'avais alerté la presse. J'avais aussi alerté plusieurs élus locaux qui ont préféré participer, à quelques kilomètres de là, à des fêtes communales. C'est assez révélateur de ce que les politiques, de gauche comme de droite, pensent des questions de sectarisme, de communautarisation. Il y a un réel problème de priorisation des enjeux.

Pour notre observatoire, cette affaire ne s'arrête pas à une simple dénonciation des imams salafistes sur les réseaux sociaux. J'ai interpellé le Premier ministre, l'Intérieur, l'Observatoire national de la laïcité et la Mivilude. Bernard Cazeneuve a saisi le juge des libertés. Nous savons que, suite aux attentats, la mosquée et le domicile de «l'imam Google» ont été perquisitionnés, qu'il s'est excusé et qu'il a supprimé des vidéos contenant des prêches inadmissibles.

(...)

Lors de ma participation à l'enquête d'Envoyé Spécial diffusée en mai dernier sur France 2, j'ai longuement expliqué de quelle manière les filières salafistes ont été installées et pérénisées à Argenteuil par l'ancien maire de la ville, Philippe Doucet (PS). (...)

Son objectif est d'imposer sa «charte de la laïcité» au détriment de la loi de 1905. Nous avons alerté tous les groupes politiques. Seuls les Radicaux de gauche m'ont répondu qu'ils ne voteraient pas dans son sens. Là encore, du côté de tous les autres élus, silence radio.

Vous êtes très seuls face à cette sectorisation de la «communauté républicaine» en segments électoraux… C'est un peu déprimant.

C'est en effet déprimant et inquiétant, et nous manquons de soutiens. Joël Motyl, élu à Cergy, vice-président de la communauté d'agglomération en charge de la jeunesse, a ainsi déclaré le 20 janvier 2015 à la radio RGB qu'il faut gérer la ville via les associations. Encore une fois, on gomme les élus légitimes pour des associations choisies par le cabinet du maire sur des critères princiers, associations qui seront évidemment financées par l'argent public.

La société se délite en communautarisation et racialisation des citoyens, sous l'impulsion de tels agissements. Le conseil municipal de Cergy a ainsi invité Rokhaya Diallo à parler du vivre-ensemble le 14 novembre, avec Pascal Boniface. Cette tribune offerte à deux ennemis déclarés de la laïcité n'a pas eu lieu, étant donné les événements. Mais quand on sait que cette militante a accusé les journalistes de Charlie d'être des islamophobes responsables des problèmes…

Les élus locaux n'ont aucune conscience réelle des dérives sectaires dans le Val-d'Oise, parce qu'ils sont plus occupés à faire campagne, à faire leur promotion, qu'à oeuvrer sur le terrain. Les citoyens doivent reprendre la main sur notre pays, et ne pas se laisser abuser par des déclarations d'intention si nous voulons faire renaître la politique au sens noble.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS