Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 23:18

Une proposition de loi déposée par Bruno Le Roux et Jean-Jacques Urvoas sur la «modernisation des règles applicables à l'élection présidentielle» sera discutée cette après-midi à l'Assemblée nationale. Cette loi fait plusieurs propositions qui devraient changer sensiblement cette élection majeure, et surtout en limiter l'accès aux petits candidats.

• Vers une complexification de l'accès aux parrainages?

Pour mettre fin au «harcèlement des maires»- selon les mots de Jean-Jacques Urvoas - «les présentations - communément appelées «parrainages» - devront désormais être transmises au Conseil constitutionnel par leur auteur, par voie postale.». Auparavant, les candidats pouvaient aller chercher eux-mêmes les parrainages. Avec ce nouveau système, les petits candidats craignent que la récolte des signatures soit rendue plus difficile.

Autre proposition: la publicité intégrale de la liste des «parrains» de chaque candidat à l'élection présidentielle. Aujourd'hui, cette liste n'est rendue publique que dans la limite de 500 signatures. Ce qui créait une forme d'injustice: les «petits candidats», qui récoltaient à peine plus de 500 parrainages, devaient publier quasiment tous leurs soutiens, tandis que les «gros» étaient soumis à un tirage au sort.

• La fin de l'égalité stricte de temps de parole

Au cœur de la proposition, cette mesure veut mettre fin «aux règles baroques» (Urvoas) qui régissent le temps de parole des candidats à l'élection présidentielle. Selon la règle en vigueur, tous les candidats, de Nicolas Sarkozy à Jacques Cheminade, doivent avoir le même temps de parole médiatique cinq semaines avant l'élection. «Quand Jacques Cheminade fait 0,25 % des voix au moment du vote décisif (de l'élection présidentielle de 2012, Ndlr), il ne me paraît pas anormal qu'il n'ait pas exactement le même traitement» a argumenté Jean-Jacques Urvoas lors de la réunion de la commission des lois le 9 décembre dernier.

lire la suite

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS