Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 13:26

SOURCE  Lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, à Cologne (dans l'ouest de l'Allemagne),une centaine de femmes ont été agressées sexuellement par plusieurs dizaines de jeunes hommes. Au total, ce sont 90 plaintes qui ont jusque là été déposées, selon le chef de la police de la ville qui a également déclaré que d'autres suivraient. Selon les témoignages de victimes mais également de policiers intervenus pendant les faits, les agresseurs "âgés de 18 à 35 ans" étaient "apparemment d'origine arable ou nord-africaine"

"Un groupe d'une dizaine, vingtaine, trentaine de jeunes hommes étrangers s'en est pris à nous", a raconté une victime sur le plateau de la chaîne d'information en continu N-TV. "Ils se sont mis à nous agresser, nous prenant l'entre-jambe, touchant nos décolletés, sous les manteaux", a-t-elle ajouté. 

Le gouvernement inquiet d'une stigmatisation des réfugiés

La chancelière allemande Angela Merkel, qui a fait part de "son indignation face à ces actes de violence insupportables et à ces agressions sexuelles" lors d'un entretien téléphonique avec la maire de la ville, craint qu'un rapport avec les réfugiés ne soit établi trop rapidement, comme ont cherché à le faire certains responsables politiques. "Nous n'avons aucun indice montrant qu'il puisse s'agir de réfugiés séjournant à Cologne" ou dans les environs, a insisté la maire Henriette Reker, jugeant ce rapprochement "inadmissible"à la suite d'une réunion de crise à la mairie. 

Les membres du gouvernement, comme le ministre de la Justice Heiko Maas sont également montés au créneau afin de mettre en garde les citoyens contre "l'instrumentalisation" de ces agressions. Le ministre de l'Intérieur a pour sa part abondé en ce sens, tout en prévenant qu'il ne faudrait "pas de tabou" si les soupçons venaient à se confirmer. (...)

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS