Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 02:19

Les Etats-Unis ont affirmé «étudier toutes les options», sans être sûrs d'une intevention en Libye pour stopper Daesh dans l'immédiat. Interrogé par RT, le Département d'Etat a également préféré contourner la question de l'invasion de 2011 en Libye.

Jeudi le Secrétaire d'Etat à la Défense américain a déclaré aux journalistes que le gouvernement américain observait «de très près» la situation en Libye, tout en développant des «options pour ce qui pourrait être fait à l'avenir».

Il n'a en revanche pas divulgué de détails spécifiques sur les options militaires qui pourraient être utilisées en Libye. Les remarques d'Ashton Carter font écho aux déclaration du Pentagone mercredi, dans lesquelles le porte-parole Peter Cook a fait savoir que les Etats-Unis allaient «réagir en conséquence» à la montée de l'extrémisme en Libye.

La Libye
La Libye

Interrogé sur la possibilité d'une intervention américaine en Libye, Peter Cook avait dit : «Nous allons examiner toutes nos options possibles pour l'avenir. Actuellement c'est quelque chose qui n'est ... pas à l'ordre du jour». 

Le Département d'Etat esquive l'affaire Kadhafi

La correspondante de RT Gayane Chichakyan a tenté de savoir jeudi si les avions américains déployés pour l'intervention en Libye afin de stopper Daesh, étaient les mêmes que ceux qui avaient été utilisés pour les bombardements lors de l'intervention contre Mouammar Kadhafi en 2011.

Cependant, le Département d'Etat a préféré contourner la question, faisant valoir que le groupe terroriste de l'Etat islamique «n'existait pas il y a cinq ans» et que le terrorisme dans le pays n'était de fait «pas la priorité» pour l'armée américaine à l'époque. 

(...)

 

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS