Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 01:00

Le chancelier autrichien, Werner Faymann, a déclaré avoir modifié la politique migratoire et fermé les frontières pour empêcher les migrants illégaux d’entrer. Une décision qui pourrait influencer tous les autres pays de l'espace Schengen.

«Si l’UE ne peut pas assurer la sécurité de ses frontières extérieures, l'espace Schengen est remis en question… Chaque pays est obligé de contrôler ses frontières nationales», a déclaré Werner Faymann dans une interview accordée au journal autrichien Oesterreich 24. Le chancelier autrichien y affirme en outre que la libre circulation entre les pays membres de l'espace Schengen et l’Autriche est suspendue «temporairement».

 

«A l’heure actuelle, l’accord de Schengen ne prévoit pas l’introduction de mesures exceptionnelles. Si la situation ne change pas, la zone de Schengen disparaîtra», a-t-il conclu.

Le gouvernement veut aussi introduire un système plus strict de contrôle du nombre de réfugiés qui arrivent dans le pays. «Tous ceux qui arrivent à nos frontières doivent être soumis à un contrôle», a-t-il poursuivi en précisant que dès à présent, les autorités allaient demander des papiers d'identité aux nouveaux arrivants. Si, par exemple, l’Allemagne a rejeté la demande d’une personne ou lui a interdit l'entrée sur son territoire, cette personne ne pourra pas pénétrer sur le territoire autrichien.

«On doit prendre tous les réfugiés sous contrôle. Tous les migrants économiques doivent être renvoyés dans leur pays d’origine», a conclu Werner Faymann. 

Lire aussi : L'Allemagne renvoie des migrants en Autriche

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS