Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 03:05

Le président Bachar al-Assad s'est dit déterminé à reprendre le contrôle de toute la Syrie, avertissant que les combats contre les rebelles qui cherchent depuis près de cinq ans à le renverser pourraient être "longs". Il rejette les accusations de crimes de guerre.

 

"Il n'est pas logique de dire qu'il y a une partie de notre territoire à laquelle nous renoncerons", a-t-il déclaré dans une interview exclusive à l'AFP réalisée jeudi à Damas. C'était son premier entretien à un média depuis l'échec le mois dernier des pourparlers de Genève et le lancement par son armée au début du mois d'une vaste offensive militaire dans la région d'Alep (nord) appuyée par les bombardements de l'aviation russe.

"Que nous soyons capables de le faire ou non, c'est un but que nous chercherons à atteindre sans hésitation", a-t-il répondu lorsqu'on lui a demandé s'il s'estimait capable de reprendre le contrôle de tout le pays. Il estime en outre qu'il existe un risque d'une intervention turque et saoudienne en Syrie.

Négocier et faire la guerre

Bachar al-Assad a aussi affirmé vouloir mener des négociations avec l'opposition tout en poursuivant la guerre contre la rébellion armée. "Depuis le début de la crise, nous croyons totalement aux négociations et à l'action politique. Cependant, négocier ne signifie pas qu'on arrête de combattre le terrorisme. Les deux volets sont indispensables en Syrie (...) Le premier volet est indépendant du second".

S'agissant de la "bataille principale" d'Alep, dans le nord, elle a pour but de "couper la route" entre cette province et la Turquie, et non pas de prendre la deuxième ville du pays, a encore dit le président syrien. "L'importance de couper cette route tient au fait qu'elle constitue "la voie principale de ravitaillement des terroristes".

Il s'est aussi exprimé sur la crise des réfugiés. M. Al-Assad estime que l'Europe doit créer les conditions pour aider au retour des réfugiés dans leur pays. "Je vais appeler les gouvernements européens qui ont contribué directement à l'exode (des réfugiés syriens) en fournissant une couverture aux terroristes et en imposant un embargo à la Syrie à aider au retour des Syriens chez eux".

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS