Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 17:53

Les élections primaires en train de se dérouler aux Etats-Unis sont le contrecoup et la conséquence directe des années Obama.

On le discerne peu en Europe, mais les années Obama ont été abominables pour les Etats-Unis et le peuple américain. J’en trace un premier bilan dans une chronique à paraître dans le prochain numéro du mensuel Israël Magazine.

(...)

Le nombre des pauvres aux Etats-Unis s’est considérablement accru depuis janvier 2009. Les chiffres du chômage réel sont très nettement supérieurs au chiffre de cinq pour cent partout affiché. Les classes moyennes sont en train de s’effriter. Des petites et moyennes entreprises sont condamnées à fermer par des réglementations proliférantes. De plus grandes entreprises ferment des sites aux Etats-Unis, pour en ouvrir ailleurs : les taxes sur les entreprises aux Etats-Unis sont aujourd’hui les plus élevées du monde développé. (...)

Nombre d’électeurs démocrates se sentent floués par Obama, et sont tentés par une politique plus radicalement de gauche.

Bernie Sanders promet de démultiplier la redistribution dans tous les domaines et de faire payer Wall Street. Il séduit. Et il séduit particulièrement dans les milieux étudiants : on voit là les ravages qui résultent de la dissémination des idées socialistes dans l’enseignement supérieur aux Etats-Unis. Quand bien même les Etats-Unis sont bien moins touchés qu’un pays tel que la France, ils sont très touchés cependant. A un degré alarmant.

Sanders est dogmatique et marxiste, mais il n’est ni corrompu ni criminel comme Hillary

Hillary Clinton tient un discours à peine moins à gauche que Bernie Sanders. La gauche américaine perdant ses valeurs éthiques les plus élémentaires, peut encore voter pour elle, bien qu’elle soit corrompue et criminelle. Les gens de gauche qui gardent quelques valeurs éthiques contribuent au succès de Sanders : il est dogmatique, et marxiste, mais il n’est ni corrompu ni criminel. Hillary peut compter sur les cadres du parti pour la soutenir quand même, et elle peut compter aussi sur un électorat fidèle aux Clinton : les noirs assistés. (...)

c5e6a26a-7b2c-420e-9e56-0f5fd2e9d1ab

Nombre d’électeurs républicains, eux, se sentent floués par le Parti républicain. Le Parti républicain, pendant le premier mandat d’Obama, a étouffé le soulèvement des tea parties. Il a obtenu la majorité à la Chambre des représentants, puis au Sénat, et il n’a, pour autant, pas fait preuve d’une combativité digne de ce nom face à Obama, qui n’a cessé de contourner le pouvoir législatif sans que celui-ci ne proteste de manière déterminée. (...)

Le candidat choisi par l’establishment, Jeb Bush, n’a attiré que des nombres faibles d’électeurs, malgré des millions de dollars dépensés. Il a quitté la compétition. L’establishment a choisi un candidat de rechange, qui est désormais Marco Rubio. L’establishment fera tout pour que Marco Rubio soit le candidat.

Il a face à lui deux candidats anti establishment, Ted Cruz et Donald Trump.

Ted Cruz incarne les valeurs du conservatisme : il n’est pas du tout certain que les valeurs du conservatisme soient à même de l’emporter cette année. Elles risquent fort de ne pas attirer un électorat assez large. 

e1b6ef3f-ee05-4c9f-88a4-4a377b254c40

Donald Trump, lui, n’incarne que partiellement les valeurs du conservatisme, et incarne plutôt un nationalisme populiste. Et c’est ce nationalisme populiste qui vient fonctionner présentement comme une lame de fond.

b4d7e522-7f36-4bc0-9b4b-033be57eec3f

Donald Trump incarne la colère. Il bouscule le parti républicain et le mouvement conservateur, qui, à l’évidence, le déteste, à quelques exceptions près, dont Rush Limbaugh, qui est présentement le meilleur analyste de ce qui se passe.

Il vient tout à la fois réaffirmer l’identité américaine, qu’Obama s’est efforcé de lacérer et de piétiner, une volonté de retrouver le dynamisme économique et de voir l’économie créer à nouveau des emplois, une volonté de mettre fin à l’immigration clandestine et aux « villes sanctuaires », un désir d’en finir avec le politiquement correct dans tous les domaines, un soutien aux forces de police et à l’armée.

(...)

Il va devenir très difficile d’arrêter Donald Trump. C’est d’ores et déjà presque impossible.

Je doute que Ted Cruz puisse se relever aisément de l’échec qu’il vient de connaître en Caroline du Sud, car c’est un double échec. D’une part, Cruz comptait sur les voix des Chrétiens évangéliques. Elles se sont en majorité portées sur Trump, qui a bénéficié de son altercation à distance avec le pape, qui aurait dû s’abstenir de parler de murs, alors que le Vatican est entouré de murs, et qui n’aurait pas dû donner l’impression qu’il soutient l’immigration clandestine. D’autre part, il a l’effet Rick Tyler.

Je suis sceptique quant aux chances de Marco Rubio : être désormais le candidat de l’establishment risque de ne pas lui porter chance. Le soutien de trois poids lourds du parti républicain en Caroline du Sud l’a hissé à peine au dessus des vingt pour cent.

Jamais un candidat qui l’a emporté dans le New Hampshire et la Caroline du Sud n’a perdu la course à la candidature. Et Donald Trump va sans doute l’emporter dans le Nevada.

(...)

Si Trump était élu quand même, cela signifierait effectivement la mort, par suicide, du Parti républicain tel qu’il a été, et celle du mouvement conservateur tel qu’il a été lui aussi.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS