Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 19:03

Monseigneur Aillet, connu pour son combat contre l’avortement, a été pris pour cible lors de la tradition du jugement de San Pantzar à Saint Jean de Luz. Pour certains une blague potache, pour d’autres un acte offensant les chrétiens sous couvert d’humour.

 

Le jugement de Zanpantzar est une vieille tradition du carnaval basque. Chaque année, on brûle en place publique un géant de paille censé exorciser le mal et annoncer l’arrivée des beaux jours. Cette année, le mannequin, vêtu d’une soutane, était à l’effigie de Monseigneur Aillet, évêque de Bayonne connu pour son combat contre la banalisation de l’avortement.

Blague potache ou acte «christianophobe»? Les avis sont partagés. Le chargé de communication du diocèse Thibault Luret a interpellé la mairie de la Ville, qui a autorisé la tenue du carnaval.

Il rappelle le sort des chrétiens d’Orient pour dénoncer un acte «qui dans un contexte difficile pour les chrétiens cautionne sous couvert d’humour les persécutions». D’autres, comme l’abbé Pierre Amar du diocèse de Versailles, dénoncent un deux-poids, deux mesures. «Brûler la figure d’1 évêque c’est de «l’humour» Essayez avec 1 imam ou 1 rabbin, on verra si c’est «drôle»», a-t’il tweeté.

L’évêque est actuellement en pèlerinage à Rome avec des séminaristes, et ne souhaite pas pour le moment répondre à la polémique. «Il visite les arènes, là où on brûlait pour de vrai les chrétiens», glisse-t-on dans son entourage.

Cbz6vLUXIAA9xjV

Le Figaro

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS