Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 00:54

La Cour des comptes frappe les trois coups pour fustiger la gestion des théâtres nationaux. Elle demande aux fleurons de la culture, tels que la Comédie-Française, l'Odéon-Théâtre de l'Europe, le théâtre de la Colline et le Théâtre national de Strasbourg - de rationaliser leur gestion « dans un contexte budgétaire contraint ».

 

La Cour estime que « s'ils ont conservé le niveau et l'excellence de leurs créations, c'est au prix d'un subventionnement massif de l'État qui ne peut, dans un contexte budgétaire contraint, continuer à assurer seul la pérennité du système ».

Entre 2006 et 2014, les quatre théâtres ont reçu 458,23 millions de subventions, soit 71 % de leurs ressources. Leur situation est « fragilisée », selon les sages : « Malgré des taux de fréquentation élevés, les charges de structure sont en augmentation constante et l'activité très majoritairement déficitaire. »

La Cour recommande plusieurs mesures : conclure pour chaque théâtre un contrat de performance, accroître la diffusion des spectacles et le nombre de tournées, réduire les places gratuites (11 % en moyenne dans les 4 théâtres, mais 20 % à la Colline).

Quand les techniciens de la Comédie-Française voyagent en première

Elle épingle sévèrement le coût des changements de directeurs : indemnités de départ astronomiques, superposition des salaires de l'ancien et du nouveau directeur, etc. Plusieurs recommandations sont déjà suivies d'effet : des contrats de performance sont en cours d'élaboration, et le théâtre de la Colline a donné un sérieux coup de vis à ses invitations.

D'autres sont plus délicates : ainsi, la Cour recommande de renégocier les conventions collectives, qui font la part belle au personnel technique.

Exemple : lors des tournées, les techniciens de la Comédie-Française voyagent en première. Sur l'ensemble des 4 théâtres, le personnel technique pèse plus lourd (39 % des effectifs et 32 % des dépenses de personnel en 2014) que les rémunérations des artistes (16 % en 2014).

La Comédie-Française en prend pour son grade : elle bénéficie d'une trop grande autonomie, avec sa « Société des comédiens français » et son système du « partage » des bénéfices des spectacles entre les artistes.

(...)

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS