Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 18:55

SOURCE

Tags sur les murs de Nantes, peinture sur les agences bancaires. Mais pas de heurts avec la police. 350 personnes ont défilé ce samedi, jusqu'à 17 h, contre l'Etat d'urgence.

Pas d’interpellation, pas de blessés. La manifestation contre l’état d’urgence s’est terminée tranquillement, ce samedi, vers 17 h, sous les Nefs, sur l’île de Nantes.

Le départ avait été un peu plus agité. 350 personnes, réunies au Bouffay par le collectif Nantes en Résistance (s), avaient commencé à défiler dans les rues commerçantes du centre-ville, vers 15 h 30. Certains, plutôt jeunes et encagoulés, ont copieusement arrosé de peintures des commerces, surtout des agences bancaires, ainsi que la mairie, rue de Strasbourg, et tagué des murs.
 



Pétards contre lacrymos

Les forces de l’ordre, presque aussi nombreuses que les manifestants, barraient certaines rues. Impossible d’accéder aux abords de la préfecture, de la place Royale, ou de l’agence Vinci, la société concessionnaire de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, cible privilégiée des contestataires.

CRS et militants "anti-flics" sont toutefois restés à distance respectueuse. Les premiers lançant des pétards, boules de peinture et fumigènes. Les seconds répliquant en envoyant des gaz lacrymogènes. Pas d’affrontement direct.À force de tomber sur des rues fermées, les manifestants ont fini par revenir au Bouffay, avant de terminer la virée aux Nefs.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS