Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 12:58

source    Il n’a obtenu que des changements symboliques du Sommet européen vendredi soir. Le Brexit devient très probable. Comment pourrait-il faire une campagne populaire, pour un referendum le 23 juin, sur ce qu’il a obtenu ?

Avec toute la presse populaire face à lui : le Sun, le Daily Mail, mais aussi le Spectator qui parle de « maison en ruine » pour l’Europe. Le Times reproche à Cameron d’être entré dans ce bourbier européen. Tous les titres du groupe Murdoch, mais d’autres aussi ont pris le parti du Brexit.

La sortie de l’Union – si elle se confirme comme l’indiquent les sondages aujourd’hui – risque de signifie la fin politique de David Cameron. Qu’est-ce qu’il lui a pris ?

Nigel Farage, du UKIP, le leader incontesté des partisans de la sortie de l’Union, va le clouer au pilori. Les Eurosceptiques sont au cœur de son propre gouvernement. Le ministre de la Justice, Kenneth Clarcke, un des poids lourds des Conservatives, vient de confirmer sa volonté personnelle de quitter l’Union européenne, comme 6 autres ministres du gouvernement Cameron. Comment Cameron va-t-il s’en sortir ?

Il a obtenu quelques réformes significatives mais les partisans du Brexit auront beau jeu de trouver cela « insuffisant » :

  • La Grande-Bretagne confirme son « statut spécial », dit Cameron, en parlant « du meilleur des deux mondes » ; piètre déclaration
  • Elle obtient la garantie de ne jamais être embarquée contre son gré dans une intégration politique plus poussée ; elle l’avait déjà de facto
  • Elle obtient un « droit de regard » sur la gestion de la zone EURO (ça ne veut rien dire, puisqu’elle n’obtient pas le droit de veto que demandait Cameron)
  • Seule mesure précise ; la Grande-Bretagne ne devra pas donner d’allocations sociales aux migrants EUROPEENS avant 4 ans, et les allocations familiales seront plus difficiles à obtenir

L’Europe ne fera pas de cadeau à la Grande-Betagne dans les négociations de sortie, si le referendum tourne en défaveur de l’Union.

David Cameron, ici aux « Commons », aura fort à faire pour convaincre, même dans son propre parti

Pour le reste de l’Europe, cela renforcera la voix des partis qualifiés de « populistes », comme si les démagogues au pouvoir aujourd’hui n’étaient pas – eux – des démagogues populistes ! Le précédent est très dangereux pour les pays « qui veulent aller plus loin » dans la construction de l’Europe, comme l’Allemagne, la France ou les pays du Benelux, avant tout ceux du club de l’eurozone.

Pa contre, les pays du groupe de Visegrad, avec la Pologne qui monte en puissance, avec ses 38 millions d’habitants, donnent de l’espoir à tous ceux qui sont viscéralement opposés à l’immigration massive que nous vivons et que les partis politiques au pouvoir sont incapables de juguler.

Bref, pour une fois, l’Europe sera un sujet passionnant dans les mois qui viennent…

Le journal français Libération trouve que le Brexit n’est pas une mauvaise idée : le journal rêve de voir la langue française reprendre le leadership dans les institutions européenne, où l’Anglais est de plus en plus dominant depuis des années, sur les autres 23 langues de l’Union. Sacrés Français !

L.R.

source  

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS